jeudi 28 novembre 2013

30ème anniversaire du lancement de STS-9 et du premier vol du Spacelab



 
Ce 28 novembre 1983, la navette spatiale Columbia s'élance dans le ciel de Cape Canaveral pour la mission STS-9 / Spacelab 1.

A son bord, 6 astronautes :

- John Young, Commandant, l'astronaute le plus expérimenté au monde qui effectue là sa sixième mission (deux vols Gemini, deux vols Apollo autour de la Lune, 9ème homme à marcher sur la Lune et le premier vol d'une navette spatiale en 1981).
- Brewster Shaw, Pilote et première mission
- Owen Garriott, Mission Specialist et vétéran d'une mission Skylab
- Robert Parker, Mission Specialist et premier vol
- Byron Lichtenberg, Payloas Specialist et premier vol
- Ulf Merbold, Payload Specialist et premier vol / astronaute ESA - RFA (à l'époque)

Ulf Merbold devient le premier non américain à voyager en navette spatiale.

 
La mission est très ambitieuse. Elle doit durer 10 jours et surtout, met en place la première mission du laboratoire spatiale européen Spacelab. Le vol a eu plusieurs reports.

 
Spacelab est un laboratoire spatial conçu par l'Agence Spatiale Européenne, et spécialement étudié pour voler dans la soute de la navette spatiale.

C'est en avril 1973, que commence les tractations pour une coopération entre la NASA et l'ESRO (qui était le nom de l'Agence Spatiale Européenne) sur le futur programme navette spatiale.

 
C'est la société Fokker-ERNO (aujourd'hui EADS Space) qui construit le Spacelab dès 1974.

(Début de construction du Spacelab)

(Réunion ESA / NASA pour les futures missions du Spacelab avec la navette)

Il y a eu environ 50 entreprises européennes qui ont participé à la construction du Spacelab.

Le premier Spacelab, LM1 (Long Module 1), a été donné à la NASA, en échange de possibilité de vol pour les astronautes européens à bord de la navette spatiale.

Un deuxième Spacelab, LM2, a été construit par ERNO et acheté par la NASA.

Le Spacelab est composé de plusieurs éléments. Les principaux sont :

- Un module pressurisé dans lequel travailleront les astronautes, de forme cylindrique, en deux parties (qui pouvait donner une configuration longue ou courte)
- Un tunnel qui partait de la navette spatiale au Spacelab et qui permettait aux astronautes de passer de l'un à l'autre.
- Une partie non pressurisée, appelée ''Palette'' en forme de U sur laquelle on peut placer plusieurs expériences dans le vide spatial. Plusieurs palettes peuvent être utilisées lors d'un vol (jusqu'un 5 sans le module pressurisé).
- Un ''Igloo'', petite partie pressurisée, qui était utilisée lors de certains vols sans le LM1 ou LM2, afin de travailler sur les palettes, notamment lors des missions Spacelab 2, Astro 1 et 2, et Atlas 1, 2 et 3.
- Et différents autres composants plus petits.

L'ensemble de ces composants permettaient d'avoir plusieurs configurations de vols en fonction des expériences embarquées. Le module pressurisée lui-même pouvait avoir une configuration courte ou longue.

Si le LM1 et LM2 ont volé 16 fois entre 1983 et 1998, on peut considérer que Spacelab a volé en tout 25 fois si on prend en compte tous les composants.

Le Spacelab a été remplacé par le Spacehab. Mais toutefois, certaines palettes ont été réutilisées en 2000 avec STS-92, en 2001 avec STS-108 et surtout en 2008 avec STS-123 pour le transport de Dextre sur l'ISS.

Quelques vues d'artistes de Spacelab dans la soute de la navette spatiale avant son premier vol :

 
(Le vice-président George Bush avec Owen Garriott et Ulf Merbold)
Lors de la mission STS-9, près de 70 expériences ont été menées à bord de Spacelab. Les astronautes se sont réparties en deux équipes de trois afin de travailler 24h/24.
L'équipe Rouge sera composée de Youg, Parker, Merbold et l'équipe Bleue de Shaw, Brewster et Lichtenberg.
 
Lichtenberg et Merbold font partie des Payload Specialists recrutés spécialement pour le programme Spacelab en 1978. Il y aura 4 européens (Merbold, Ockels, Nicollier, Malerba) et 2 américains (Lichtenberg, Lampton) pour ce 1er Groupe Spacelab.

 
Les presque 70 expériences sont du domaine des :
 
- Astronomie et Physique Solaire
- Etudes physique du plasma dans l'espace
- Observations de la Terre et études atmosphériques
- Sciences de la vie
- Science des matériaux

 
La mission est un véritable succès même si les astronautes sont rentrés quand même très fatigués.
 
La coopération entre la NASA et l'ESA était aussi un succès.
 
La mission STS-9 prend fin le 8 décembre 1983, après 10 jours et 7 heures de vol. Columbia et l'équipage se posent à la Base d'Edwards en Californie.


Lors de cette mission, plusieurs souvenirs ont voyagé à bord du Spacelab, comme celui-ci :

 
Le Spacelab LM1 est exposé aux Etats-Unis à l'Udvar-Hazy Center, juste derrière la navette spatiale Discovery. Il a été remis en place récemment (il était derrière Enterprise), car il avait été stocké à l'aéroport de Dulles justement pour l'arrivée de Discovery.

(L'Igloo et le tunnel de transfert)
 
 
Le Simulateur Spacelab se trouve exposée au Musée Technique de Speyer en Allemagne.


En philatélie, la RFA (République Fédérale d'Allemagne avant la réunification) émet dès 1975, un timbre commémorant la navette spatiale et le Spacelab.


Après le vol, plusieurs pays émettent des timbres commémoratifs comme celui-ci (ici signé par Ulf Merbold).


Ulf Merbold publie en 1985 son autobiographie ''Flug ins all'' où il consacre plusieurs pages à la mission STS-9.
 

mardi 26 novembre 2013

Emission d'un timbre commémorant la mission Soyouz TM-7 Aragatz en 1989

(en cours de publication)

Le 4 mars 1989, la Poste française émet un timbre commémorant la mission Soyouz TM-7 Aragatz, mais de façon ''discrète''.



mercredi 20 novembre 2013

15ème anniversaire du début de la construction de la Station Spatiale Internationale / 1998 - 2013


Ce 20 novembre 1998, décollait une Proton du cosmodrome de Baïkonour.
À son sommet, le module russe Zarya. Avec le lancement de Zarya, on peut considérer la naissance physique de la Station Spatiale Internationale (ISS).



 
Le projet, le programme de Station Spatiale internationale débute aux Etats-Unis en 1983. Mais le coût ‘’faramineux’’ du projet dans un contexte économique difficile repousse d’année en année ce projet.
Lancé officiellement en 1985 par la NASA, l’Agence Spatiale Européenne (ESA) signe un accord de coopération suivie par l’Agence Spatiale Canadienne et l’Agence Spatiale Japonaise.
En 1986, après l’accident de Challenger, le programme se ralentit notamment avec les réticences du Congrès à accorder un budget alors estimé entrer 8 et 10 milliards de $.
En 1988, la station spatiale est baptisée Freedom par le Président américain Ronald Reagan, puis prend le nom d’Alpha en 1993 sous la présidence de Bill Clinton.
En 1993, la Russie gagne le projet après la chute de l’URSS. On commencera par la visite à la station MIR par la navette spatiale d’abord jusqu’en 1998, afin de se préparer au programme ISS.

(Timbre du Kazakhstan de 1993 montrant la future station)
 
En 1995, le budget estimé s’envole à 90 milliards de $ (dont un peu plus de la moitié pour la navette).
Entre 1995 et 1998, les USA ‘’s’entrainent’’ avec le programme MIR-Shuttle où 8 missions iront s’amarrer à la station MIR afin de maitriser le savoir-faire et donner l’expérience des vols longue durée aux astronautes américains.
 
En 1998, le projet est définitivement entériné, et on retrouve 16 partenaires :

- USA, Russie, ESA (avec 11 états membres), Canada, Japon et Brésil
 
Ce projet de station en fait le plus important engin jamais construit par l’homme dans l’espace… Jugez plutôt :
- 110 mètres de long, 75 mètres de large et 30 mètres de haut.
- 400 tonnes environ.
- Altitude entre 330 et 420 km.
- Equipage permanent de 6 personnes.
- 950 m3 de zone pressurisée pour environ 400 m3 habitables.
- Puissance de 100 Kw.

 
Le coût de développement, et de construction estimé aujourd'hui à environ 115 milliards de $.
Somme faramineuse décriée par des détracteurs, qui lui reproche outre son coût, l’intérêt limité pour la science, mais somme tout à fait raisonnable et bien dépensée pour les partisans, qui mettent en avant, non sans raisons, l’expérience acquise pour les vols de longue durée et l’occupation permanente de l’homme dans l’espace (depuis 2000), ainsi que le savoir-faire de la collaboration.

 
Cela a été aussi un véritable challenge humain et technique, que la construction de ce mécano de l’espace.
Les 400 tonnes qui composent l’ISS ont été emmenés, en partie, dans l’espace grâce à la navette spatiale (35 vols rien que pour amener des éléments essentiels). Sans elle, impossible de construire l’ISS.

 
Il a fallu développer de nombreuses technologies nouvelles pour la construction de l’ISS, ainsi que de faire des compromis avec les partenaires, notamment au niveau des russes.
Pour permettent à ceux-ci de venir sur l’ISS avec leurs Soyouz et leurs Progress du fait de leurs performances limitées, on a choisi une inclinaison de la station à 51,6°. Mais cela obligeait la navette à une correction d’orbite qui réduisait sa charge utile de 6 tonnes environ (remplacée par des ergols).

Le commandement se fera d’abord en alternance entre les américains et les russes.
Ce sera Bill Shepherd qui sera le premier commandant de l’ISS en octobre 2000.
Depuis peu, les autres pays participants ont aussi leurs commandants, comme Chris Hadfiend en début de cette année ou encore le japonais Koichi Wakata actuellement.

De plus, une coopération avec les différentes agences civiles mondiales et privées a été nécessaire pour tout ce qui concerne le ravitaillement, avec le développement d’engins spéciaux et spatiaux comme l’ATV pour l’Agence Spatiale Européenne, le module de ravitaillement HTV de l’Agence Spatiale Japonaise, mais aussi les capsules Dragon de SpaceX ou Cygnus d’Orbital. D’ici peu, la desserte de l’ISS sera assurée en partie par le secteur privé américain avec SpaceX ou Boeing.
L’ISS est composée de 15 modules pressurisés :

- 7 sont américains (Unity, Destiny, Quest, Harmony, Tranquility, Cupola et Leonoardo)
- 5 sont russes (Zarya, Zvesda, Pirs, Poisk et Rassvet)
- 2 sont japonais (JEM-PS et JEM-PM)
- 1 européen (Columbus)
- Un module russe supplémentaire doit être envoyé en 2014 : Nauka
Le Canada fournit les bras robotisés Canadarm et Dextre.
 
Revenons un peu sur la chronologie de ces 15 années  (sans être exhaustif).

20 novembre 1998 : Lancement du module Zarya par une fusée Proton.

(Lancement de Zarya, cachets de Baïkonour et de Korolev où se trouve le Tsoup)
 
4 décembre 1998 : Lancement du module Unity par la mission STS-88.

(Première conférence depuis l'ISS / signée par le Commandant Robert Cabana et le pilote rock Sturckow)
 
Il faut attendre juillet 2000 pour que le troisième module, russe, Zvesda s’arrime à l’ensemble Zarya-Unity afin de former la première partie véritable de l’ISS, qui permettra à celle-ci d’être occupée en permanence depuis novembre 2000 et Expedition 1.


 
En octobre 2001, Claudie Haigneré devient la première européenne à visiter l’ISS lors de sa mission Soyouz TM-33.

(Enveloppe ayant voyagé à bord de l'ISS et signé par l'équipage Soyouz TM-33)

 
En 2002, l’américaine Peggy Whitson devient la première femme Commandant de l’ISS.

(Peggy Whitson, première femme commandant de l'ISS avec Expedition 5)
 
Toujours en 2002, le français Philippe Perrin devient le premier européen a effectuer une EVA depuis l’ISS.

 
L’accident de Columbia (STS-107) le 1er février 2003, met un point d’arrêt de plus de deux ans à la suite de la construction de l’ISS par la navette spatiale. L’équipage est réduit à deux membres en attendant. L’équipage reviendra à 3 personnes en 2006 puis à 6 en 2009.
 
L’allemand Thomas Reiter devient le premier astronaute de l’ESA a effectué un vol de longue durée dans l’ISS en 2006.

 
En 2007, Leopold Eyharts devient le premier français à faire un vol de longue durée à bord.

 
Toujours en 2007, l’ESA envoie le module Columbus et le vaisseau ravitailleur automatique ATV Jules Verne (le premier d’une série de 5).
 
En 2005, la NASA annonce l’arrêt du programme navette pour 2011-2012 et il a fallu composer pour terminer ou presque la construction de l’ISS avec les vols restants.
 
En mai 2011, l’équipage Expedition 27 retourne sur Terre à bord d’un Soyouz. L’astronaute italien Paolo Nespoli réalise une série de photos uniques montrant la navette spatiale Endeavour arrimée à l’ISS (STS-134).

(Photo signée par les équipages Expedition 27 et STS-134)
(Photo signée par Paolo Nespoli)
 
A ce jour, il y a eu 38 équipages permanents différents qui se sont succédés dans l’ISS, ainsi que de nombreux équipages de navettes et de Soyouz, soit plus d’une centaine de personnes différentes qui ont visité l’ISS.
 L’ISS est quasiment terminée et volera au moins jusqu’en 2020.
  
LES PRINCIPALES ETAPES DE LA CONSTRUCTION DE L’ISS

20 novembre 1998 : Lancement du module Zarya par une Proton
 
4 décembre 1998 : Mise en place du module Unity par STS-88


 
12 juillet 2000 : Lancement du module Zvesda par une Proton

 
11 octobre 2000 : Mise en place du Z1 Truss et du PMA-3 par STS-92

(STS-92 était aussi la 100ème mission d'une navette)
 
30 novembre 2000 : Mise en place du P6 Truss et de Panneaux Solaires par STS-97

 
7 février 2001 : Mise en place du module Destiny par STS-98

(Enveloppe signée par Ken Cockrell, commandant de STS-98)
 
8 mars 2001 : Mise en place d’une plateforme extérieure et première relève d’équipage par STS-102

 
19 avril 2001 : Mise en place du bras articulé Canadarm 2 par STS-100

 
12 juillet 2001 : Mise en place du sas Quest par STS-104

 
14 septembre 2001 : Lancement du module Pirs par un Soyouz-U
 
8 avril 2002 : Mise en place du S0 Truss par STS-110

(7ème mission spatiale pour l'astronaute Jerry Ross)
 
5 juin 2002 : Mise en place du Mobile Base System par STS-111

 
7 octobre 2002 : Mise en place du S1 Truss par STS-112

(EVA de Piers Sellers)

 23 novembre 2002 : Mise en place du P1 Truss par STS-113

(EVA de John Herrington)
 
26 juillet 2005 : Mise en place de l’ESP-2 par STS-114

(Photo signée par la Commandant de la mission Eileen Collins)

 9 septembre 2006 : Mise en place des P3/P4 Truss et de Panneaux Solaires par STS-115

 
 
9 décembre 2006 : Mise en place du P5 Truss par STS-116

(EVA de Christer Fuglesang et de Robert Curbeam)
 
8 juin 2007 : Mise en place des Truss S3/S4 et de Panneaux Solaires par STS-117

(EVA de Patrick Forrester)
 
8 août 2007 : Mise en place du Truss S5 et de l’ESP-3 par STS-118

(EVA de Rick Mastracchio)
 
23 octobre 2007 : Mise en place du module Harmony et changement de place du P6 Truss par STS-120

(Pamela Melroy, Commandant de STS-120)
(Paolo Nespoli)
(EVA de Scott Parazynski)
 
7 février 2008 : Mise en service du module européen Columbus par STS-122

(EVA de Hans Schlegel)
 
11 mars 2008 : Mise en place de Dextre et du module japonais JLM Kibo par STS-123


 
31 mai 2008 : Mise en place du module japonais JPM et du bras robotique JEM par STS-124

(Karen Nyberg à bord de l'ISS)
(EVA de Mike Fossum)
 
15 mars 2009 : Mise en place du Truss S6 et de Panneaux Solaires par STS-119

 
15 juillet 2009 : Mise en place du JEF japonais par STS-127

(EVA de Chris Cassidy)
 
10 novembre 2009 : Lancement du module russe Poisk par une Soyouz-U
 
16 novembre 2009 : Mise en place des Express Logistics Carriers 1 & 2 par STS-129

8 février 2010 : Mise en place de Cupola et du module Tranquility par STS-130
 
14 mai 2010 : Mise en place du module russe Rassvet par STS-132
 
24 février 2011 : Mise en place du module Leonardo et de l’Express Logistics Carrier 4 par STS-133
 
16 mai 2011 : Mise en place de l’AMF, de lOBSS et de l’Express Logistics Carrier 3 par STS-134
 
 
Quelques photos et documents de 15 ans de Station Spatiale Internationale
 
(Photo signée par les trois français ayant séjourné à bord de l'ISS :
Claudie Haigneré, Philippe Perrin et Leopold Eyharts)
(Photo signée par les six astronautes de l'ESA sélectionné en 2009)
 

(Expedition 7 / Gennady Padalka)
 
(Expedition 9 / EVA de Mike Fincke)
 
(Expedition 14 / EVA de Michael Lopez-Alegria)

(Expedition 20-21 / Robert Thirsk)

(Expedition 20-21 / Frank De Winne)

(Expedition 27 / Paolo Nespoli et Cady Coleman)
(Timbre de Moldavie émis en 2012)
(Patch 10 ans ISS)
(Timbre d'Australie pour les 10 ans de l'ISS)
(Timbre allemand émis en 2004)

(STS-121 / EVA Piers Sellers)


(STS-126 / EVA de Steven Bowen)

(EVA de Shane Kimbrough)