mardi 16 juillet 2019

Collection d'objets autour de la mission Apollo 11


(en cours de publication)

Commémoration des 50 ans de la mission Apollo 11 oblige et aussi, parce que certaines personnes me l'ont demandé (merci à vous 😉), voici transposée en un article ma petite conférence ''la collection d'objets autour de la mission Apollo 11'' que j'ai donnée lors de la Yuri's Night pour l'Association Histoires d'espace le 12 avril dernier au Dernier Bar avant la fin du monde.

Ce n'est bien sûr absolument pas une présentation exhaustive mais un choix personnel pour la conférence que j'ai présentée 😉

----------------------------------------------------------------------

Je vous laisse d'abord regarder ce petit film 😉


Mon intervention de ce soir n'a pour autre objet que de se faire plaisir en vous montrant que l'on peut monter une collection d'objets, de souvenirs divers et variés autour de la mission Apollo 11.

Mais je vous montre une collection telle qu'elle pouvait être conçue à l'époque, c'est à dire avec les moyens de l'époque. En effet, de nos jours, on peut accéder à n'importe quel objet, ou presque, venant du monde entier. En 1969, un passionné n'avait pas autant de possibilités et montait sa collection autour de thématiques d'objets qui lui étaient accessibles à ce moment là - cette thématique s'articule donc autour de grandes catégories d'objets qui sont aussi les catégories d'objets que l'on retrouvent le plus aujourd'hui chez les collectionneurs :

1) La presse et les magazines
2) Les photos
3) Les autographes
4) Les patchs / écussons (je n'aime pas du tout le terme de badge)
5) La philatélie / l'astrophilatélie
6) Les livres
7) Les médailles et les pièces
8) Autres objets particuliers
9) Les visites

Ces catégories vont de ce qui était le plus facile à obtenir au plus compliqué pour l'époque (mais cela reste vrai aujourd'hui).

La presse et les magazines

C'est en effet dans cette catégorie que le collectionneur va d'abord trouver son bonheur. 
A l'époque, il y a beaucoup de journaux et magazines qui parlent spatial et les grandes missions habitées (mais pas que) ont souvent le droit à la Une.
Pour Apollo 11, la presse en général a fait sa une avec l'alunissage - (je montre quelques exemples de Une de journaux américains et français).

Les magazines aussi ont fait leurs couvertures avec Apollo 11.

Ce sont des objets qui a l'époque étaient très faciles à trouver et peu chers. La difficulté de nos jours est de les trouver en bon état, car hélas, tout le monde n'a pas pensé à les conserver à l'abri de la lumière, de l'humidité, etc... Et beaucoup de personnes qui ont gardé ce genre de documents à l'époque ne l'ont pas fait forcément en mode collection mais en mode souvenir. Et au fil du temps, ces souvenirs sont tombés dans l'oubli...

Ce qui est bien avec cette catégorie, c'est que pour la mission Apollo 11 par exemple, on peut commencer l'événement bien en amont de celui-ci, la mission étant suffisamment historique pour que l'on en parle et qu'elle fasse la Une souvent. Les magazines étrangers étaient assez facile à obtenir, notamment dans les grandes villes françaises.

Voici quelques exemples avec un déroulé de la mission par des magazines :


Et dans les magazines, on pouvait aussi trouver des publicités comme celle-ci de 1969 pour les montres Omega - et 40 ans plus tard, on pouvait trouver cette autre publicité pour Omega mais avec Buzz Aldrin cette fois-ci. Un parallèle amusant que l'on peut faire maintenant.


Les Photos

Autre catégorie très prisée des collectionneurs parce que là aussi pour l'époque, relativement facile à trouver, ce sont les photos.

Alors bien sûr, il y a toutes les photos que l'on pouvait découper dans les journaux et magazines (cela explique en partie pourquoi on a des difficulté de nos jours à en trouver des intacts et en bon état). Puis il y avait la NASA qui à l'époque envoyait des tonnes de photos chaque année aux passionnés, collectionneurs, public, etc... qui lui en demandaient, et ce gratuitement. Des centaines de milliers d'enveloppes marrons (jaunes par la suite) ont voyagé à travers le monde à cette période pour satisfaire tout le monde (et aussi une part importante du bidget communication de la NASA y était consacré).

Alors, pour les photos les plus collectionnées, ce sont bien sûr, celles de l'équipage (au pluriel) et les portraits individuels - ça, c'était avant la mission. Ensuite, cela a été toutes les photos de la mission, avec bien sûr, les photos prises sur la Lune.

Pour la photo de l'équipage, il en existe deux - une avec les casques et une sans. C'est cette deuxième qui sera utilisée par la NASA pour ses photos officielles, notamment sur les fameuses lithos (lithographies photos officielles de la NASA avec texte et logo au verso).


Pareil avec le portrait de Neil Armstrong. Il y en a un où il ne sourit pas et l'autre avec un beau sourire qui sera là aussi reprise en litho NASA.


Les portraits officiels de Buzz Aldrin et de Mike Collins seront tous les deux en combinaisons Apollo. Et ces aussi, ces deux portraits qui seront utilisés pour les lithos.
Il existe un portrait non officiel de Buzz Aldrin qui a été pas mal utilisé à l'époque dans les magazines.


Bien sûr, ces  lithos ont été reprises et réimprimées au fil du temps par la NASA. On les reconnait à leur dos différent (mais si je rentre dans les détails, on n'est pas coucher). Et aussi, pour Buzz Aldrin, à son nom. Les premières lithos sont avec Edwin et non Buzz.

Et les portraits ont été utilisés à d'autres fins que celles de la NASA comme cette invitation à un banquet à Wapakoneta, ville où est né Armstrong, ou pour la couverture 1970 du bottin téléphonique de la même ville.


Il y a des objets très prisés, et qui rentre dans cette catégorie photos, et qui sont les diapos que l'on trouvaient à l'époque, et surtout les View-Master dont c'était la mode. 


Les autographes

Sur les photos précédentes, vous avez pu voir certaines d'entre elles signées. C'est la troisième catégorie d'objets collectionnés. Et paradoxalement, c'était une des moins compliquées à l'époque à obtenir.
Il suffisait pour le collectionneur d'écrire à un astronaute, de lui demander un autographe, et en croisant les doigts, il avait souvent une réponse positive. Il pouvait obtenir des autographes sur beaucoup de supports. Pour les photos, il suffisait de demander, et pour les autres supports (livres, enveloppes philatéliques, magazines, etc...), il suffisait de les envoyer.

Je ne vais pas rentrer dans le détail de comment collectionner les autographes - je vous laisse regarder les nombreux articles sur ce site et sur Space Quotes - Souvenirs d'espace.

Par contre, vu le succès et la demande ECRASANTE d'autographes, notamment pour Apollo 11, la NASA a mis en place un système d'autographes mécaniques (faits par une machine), ce sont les fameux autopens (vois aussi tous les articles consacrés aux autopens sur ce site). Cela permettait de répondre à la demande massive et de satisfaire le collectionneur, qui hélas, lui croyait qu'il avait reçu un vrai autographe. De nos jours, il y a beaucoup d'autopens que l'on rencontre et qui sont proposés à la vente comme des vrais autographes. Cela fait partie de mon travail d'expertise de les déceler et de prévenir les personnes qui me demandent mon avis.

Revenons aux autographes qui vont donc agrémenter une collection. Voici quelques exemples au travers de photos pour rester aussi sur la catégorie précédente. Mais vous verrez avec d'autres objets que les autographes ont vraiment une place à part dans une collection m^même thématique.

Il n'y a quasiment pas de photos de Neil Armstrong sur la Lune car celui-ci tenait l'appareil photo, ce qui explique que la plupart des photos signées le sont par Buzz Aldrin (qui signait déjà Buzz à l'époque même si son nom n'avait pas encore été changé).

(Photo du décollagge d'Apollo 11 signée par Rocco Petrone, le directeur du programme Apollo de l'époque)

Les Patchs / Ecussons

Oui, je sais... je dis patchs ou écussons, mais le terme badge que certains voudraient qu'on emploie me semble vraiment pas joli pour cette catégorie d'objets.

Il y a bien sûr le patch du logo de la mission. Logo dessiné par Michael Collins et modifié afin de mettre les rameaux d'olivier dans les serres alors qu'ils étaient dans le bec sur le dessin d'origine. Modification faite à la demande de la NASA afin que le logo soit moins agressif.


Ce patch était relativement facile à trouver, même en France. Puis il y a eu de multiples productions non officielles qui l'ont proposé aussi.

Après, sur la mission Apollo 11, on peut aussi s'amuser à chercher d'autres patchs comme ces très beaux avec Snoopy ou alors celui-ci commémoratif imprimé sur du Beta Cloth (la matière blanche qui recouvrait de la combinaison Apollo).


Où justement les non-officiels mais commémoratifs comme celui de American GHeritage.


En 1994, pour les 25 ans d'Apollo 11, un patch commémoratif a été conçu sur la base du logo originel et certains de ces patchs ont volé à bord de la navette spatiale Columbia lors de la mission STS-65 en juillet 1994.


Philatélie / Astrophilatélie


Crédit : Collection Stéphane Sebile / Spacemen1969
             Space Quotes - Souvenirs d'espace

samedi 6 juillet 2019

Tintin / Objectif Lune - La jeep bleue


Tintin / Objectif Lune
La jeep bleue
Les voitures de Tintin 1/24ème


En ce cinquantenaire des premiers pas de l'homme sur la Lune avec la mission Apollo 11 le 20 juillet 1969, voici un des plus mythiques et symboliques objets des aventures de Tintin : la fameuse jeep bleue d'Objectif Lune.

En février 2019, les Editions Hachette en partenariat avec les Editions Moulinsart ont sorti un magnifique modèle de cette jeep bleue au 1/24ème dans la collection Les voitures de Tintin 1/24e. L'occasion de vous la présenter un peu 😉😉😉

En 1953 paraît l'album Objectif Lune qui est le 16ème album des aventures de Tintin.
En fait, l'histoire avait déjà été prépubliée dans le journal de Tintin entre le 30 mars et le 7 septembre 1950 (24 planches) puis, avec On a marché sur la Lune, du 9 avril 1952 au 30 décembre 1953 avec 93 planches supplémentaires (l'album, lui, sortira en 1954).

Je ne vais pas revenir sur l'histoire de ces deux albums qui ont fait rêver des millions d'enfants à l'époque et dont certains astronautes aujourd'hui disent que ces albums sont en partie ''responsables'' de leur envie d'aller dans l'espace.

Je vais juste m'attarder un peu sur la jeep bleue qui est un élément central de l'album Objectif Lune, presque au même plan que la mythique fusée X-FLR6 ou les combinaisons spatiales.

D'emblée, sur la couverture, la jeep bleue attire immanquablement l'oeil.
Elle se dirige à vive allure vers la fusée, en compagnie de nos héros, Tintin qui s'accroche, Milou qui regarde ailleurs peu rassuré, un Capitaine Haddock en combinaison spatiale qui a l'air surpris et un professeur Tournesol en colère ! Un Professeur Tournesol qui conduit une jeep sans volant ! (et oui, cela a été oublié à l'époque et personne ne s'en était aperçu avant l'impression de l'album et depuis la couverture n'a jamais été modifiée).


On se souvient tous de ce qui a déclenché la colère de Tournesol : être traité de zouave par le Capitaine Haddock ! Ce qui donne lieu à cette incroyable chevauchée en jeep bleue !


La jeep, justement parlons-en... Le modèle présenté dans l'album est une Jeep Willys CJ2A, qui est tout simplement la version civile de la célébrissime Jeep Willys MB, sortie en 1941, et qui a été utilisée par l'armée américaine à des centaines de milliers d'exemplaires pendant la seconde guerre mondiale.
Ce 4x4 (le MB) était fabriqué par la société Willys-Overland Motor. On ne sait pas vraiment l'origine du mot ''Jeep'' - peut-être est-ce les initiales de ''Government Purpose'' (prononcez Djipi), catégorie de matériel auquel était affecté ce véhicule - quoiqu'il en soit, le constructeur déposa le nom Jeep comme marque en 1950.

La Willys CJ signifie ''Civilian Jeep'' et elle est sortie en 1945. Il n'existe aucune couleur bleu ciel dans le catalogue du constructeur. C'est donc purement une interprétation artistique de Bob de Moor qui est le dessinateur des décors et du véhicule de la couverture, Hergé ayant dessiné les 4 personnages.
Le modèle présenté présente également les jantes pleines, ce qui est caractéristique de la première série des CJ construite en 1945. Et le dessin nous montre également un modèle légèrement militarisé pour correspondre à l'armée syldave de l'histoire. On remarque également que l'assise du siège du Capitaine Haddock n'est pas reculée malgré le fait qu'il soit en combinaison.

Ce n'est pas la première fois que les Editions Moulinsart éditent un modèle de jeep bleue. En 2001 (déjà !), avec les Editions Atlas, il y avait eu une jeep au 1/43ème, mais qui est quelque peu différente de celle sortie cette année (voir plus bas).

Le modèle 2019 est présenté simplement sous plastique avec son livret de 24 pages explicatives (un peu du copier-coller Wikipédia à mon avis 😉) et sous un boitier en plexiglas. Contrairement au modèle de 2001, il n'y a pas de décors cartonnés si ce n'est une illustration N&B très succincte sur ce même boitier et qui représente... des collines.


Voici donc un très beau modèle, avec un pare-brise qui se rabat, de cette mythique jeep bleue d'Objectif Lune ! Certains collectionneurs ''très très exigeants'' trouveront peut-être à se plaindre (prix, emboutissage, couleur, peinture, finition) mais il faut avouer que ce modèle est vraiment très beau et est digne de figurer dans une collection spatiale. Il manquera plus qu'à le mettre à côté d'une XFLR6 à l'échelle... ce qui doit donner environ 2 mètres de haut ! 😊😊😊


La jeep bleue / modèle de 2001

Comme dit plus haut, ce sont les Editions Atlas qui avaient sorti un modèle de jeep bleue d'Objectif Lune au 1/43ème. C'était même le n°1 de la collection Voitures de Tintin. On pouvait le commander aussi en souscription, ce qui a donné lieu à de ''belles publicités et de jolis  bons de commande).


Elle était en métal et présenté dans une boîte plexiglas, et contrairement au modèle de 2019, il y avait aussi quelques éléments de décors en papier épais (pour ne pas dire carton). Je me souviens d'en avoir acheté plusieurs exemplaires qui sont toujours emballés dans leur boîte d'origine. Je n'en ai déballé qu'une seule, celle des photos 😉

On voit clairement les différences entre les deux modèles : celui de 2019 est issu de la couverture mais celui de 2001 est issu de la dernière case de la planche/page 41 !


Bien sûr, à cette échelle (1/43ème), les détails sont ''moins détaillés'' qu'au 1/24ème mais ce modèle reste très beau, et ça fait des années que cette jeep trône sur mon bureau à côté d'une fusée X-FLR6. Maintenant, va falloir que je trouve un peu de place pour ces deux modèles.


Crédit : Collection Stéphane Sebile / Spacemen1969
             Space Quotes - Souvenirs d'espace