jeudi 8 mars 2012

Collectionner les patchs des missions spatiales (Partie 1 - Projet Mercury et Gemini)

(En cours de rédaction) (Les photos sont issues de ma collection sauf mention contraire).

La collection de patches des missions spatiales est une des façons les plus amusantes de collectionner des objets de l'espace. C'est une collection riche de plusieurs centaines d'objets, et pas trop onéreuse (sauf, bien sûr, pour certains patches très particuliers). Le patch, outre symbole d'une mission, possède sa propre histoire (comment il a été conçu, par qui, pourquoi cette représentation, etc...).

Un patch est fabriqué avec du tissu. Il peut-être soit brodé (embroired) soit piqué, où plus souvent les deux.

Liste des articles sur les patches
Programmes Mercury et Gemini
Programme Apollo
Programme Skylab
Programe Apollo-Soyouz ASTP
Programme Navette Spatiale
Programme Russe
La Station Spatiale Internationale ISS
Autres Patches et autres programmes


Programme Mercury

Pour les 6 missions du Programme Mercury, il n'y avait pas de patches de mission spécifique. Ils portaient sur leur combinaison le logo NASA, appelé communément Meatball (attention, à ne pas le traduire... ;-)). Voir la partie sur les logos NASA.



Les patches, que nous connaissons aujourd'hui du Programme Mercury, sont en fait des patches souvenirs fabriqués et vendus bien après les missions. Même s'ils n'ont pas de rapport directs avec la mission, le patch d'une mission Mercury vaut le coup d'être collectionné.

Mais parmi les collectionneurs ''pointus'' de patches spatiaux, il est communément admis que les patchs fabriqués dans les années 90 par Eagle One Aerospace (de Randy Wagner), peuvent être, eux, directement rattachés aux missions Mercury et aux astronautes, et ils ont une valeur un peu plus importante car ces patches sont une reproduction de ceux des capsules (de Shepard à Cooper = voir plus bas).

Le patch de Friendship 7 / John Glenn produit par cette société en est un parfait exemple.
En effet, John Glenn avait demandé à l'artiste Cecilia ''Cece'' Bibby de concevoir un logo de mission qui serait peint sur la capsule (Freedom 7 et Liberty Bell 7, avaient eux aussi des dessins sur la capsule, mais juste peint en blanc et au pochoir).
(Cece Bibby et John Glenn devant la capsule Friendship 7)

Cece Bibby aida aussi à la création des logos des missions de Scott Carpenter (Aurora 7) et de Wally Schirra (Sigma 7).
(Cece Bibby et Scott Carpenter devant la capsule Aurora 7)
(Cece Bibby et Wally Schirra devant la capsule Sigma 7)
Freedom 7 : Alan Shepard (5 mai 1961)

Pas de patch spécial connu. Les seuls que nous connaissons sont des patchs commémoratifs.

Le nom de Freedom 7 a été peint directement sur la capsule avec des lettres en pochoir. A l'origine, il y avait Freedom, mais Alan Shepard demanda à ajouter le 7, car c'était la 7ème capsule de série. Beaucoup de gens crurent que c'était un hommage pour les 7 astronautes de Mercury. Mais non. Après, on ajouta le 7 aux autres missions pour les 7 de Mercury.
(La capsule Freedom 7 à l'Académie Navale à Annapolis)


La Police de Derry dans le New Hampshire (Etat de naissance d'Alan Shepard) confectionna 2 patches commémorant la mission Freedom 7 et la mission Apollo 14.


Liberty Bell 7 : Gus Grissom (21 juillet 1961)

Comme pour les autres missions Mercury, pas de patch officiel connu pour cette mission.


La capsule a été nommée Liberty Bell par Gus Grissom. Elle fait référence à la cloche (Bell), forme de la capsule, et à la symbolique Liberté (Liberty). Liberty Bell est la cloche de l'Indépendance et elle se trouve à Philadelphie. Le nom a donc une symbolique particulière.

Après que Shepard eut ajouté 7 à sa capsule Freedom et qu'il fut su que le public pensait que c'était pour rendre hommage aux  astronautes du programme (voir en fait le pourquoi du 7 de Freedom), John Glenn proposa qu'il fut ajouté le 7 à toutes les capsules. Ce qui fut fait dès Liberty Bell qui devint Liberty Bell 7.

Le nom fut peint sur la capsule. Il avait peu de chance de résister au retour dans l'atmosphère, et pourtant, lorsque l'on repêcha Liberty Bell 7 en 1999, le nom était toujours peint et avait résisté aux 38 années passées au fond de l'Océan.

(La capsule Liberty Bell 7 au Cosmophere dans le Kansas)

Dans les années 80, la marque Monogram édita une boite avec les maquettes de Liberty Bell 7 et de Gemini 3, avec à l'intérieur deux patches commémoratifs dont celui ci-dessus.

D'autres patchs commémoratifs ont été fabriqués, notamment en 2011, pour les 50 ans du vol, et commercialisés par la famille de Gus Grissom pour la célébration en Indiana.

Friendship 7 : John Glenn (20 février 1962)


John Glenn chercha assez longtemps le nom qu’il devait donner à sa capsule. Dans ses Mémoires (A Memoir paru en 2000), il écrit qu’il demanda à ses deux enfants de lui faire une liste de noms. Lorsqu’ils eurent finis, ses deux enfants, avaient écrit le même nom en haut de leur liste : Friendship (Amitié).


Comme indiqué en haut de cette rétrospective sur les Patch Mercury, John Glenn demanda à l’artiste Cece Bibby de concevoir un dessin stylisé pour écrire le nom sur la capsule. Dans plusieurs interviews, Cece Bibby indique avoir été très fière d’être ainsi sollicitée. Mais peindre sur la capsule n’était pas aussi facile qu’elle le pensait de prime abord. En effet, la surface de celle-ci est ‘’bosselée, ondulée’’, et faire apparaitre le nom comme si celui-ci était sur une surface plane lui demanda beaucoup de travail et d’essais. Hélas, la rentrée dans l’atmosphère effaça une très grande partie de son œuvre.

(Présentation du projet de Cece Bibby)
(John Glenn avec le Président Kennedy le 1er juillet 1962. On constate l'état du logo après la retour de la capsule)
La capsule Friendship 7 est exposée actuellement au National Air & Space Museum (NASM) de Washington D.C.

Du fait de la notoriété de ce vol et de la célébrité de John Glenn, on vit apparaitre plusieurs patchs souvenirs de cette mission.
Le plus connu de ces patches souvenirs est celui-ci. Il existe sous différentes versions et tailles au fil des années. Il reprend dans ses grandes lignes le dessin de Cece Bibby, et les 3 traits argentées ceinturant la Terre représentent les 3 orbites effectuées par John Glenn.


Il a été vendu seul, ou bien accompagnant des jeux, jouets, etc… comme ici, vendu avec la figurine Mercury de la série Space Voyagers eà partir de 1999.

Pour les 50 ans du vol de Glenn que nous venons de fêter il y a quelques jours, la International Women’s  Air & Space Museum (IWASM) propose un patch commémoratif très joli. Il est l’œuvre de 2 artistes qui réalisent souvent des patches de missions spatiales (notamment Shuttle et ISS), l’américain Tim Gagnon et l’espagnol Jorge Cartes.

D’autres patchs ont été fabriqués au fil des années.
(Le patch des 40 ans vendu au KSC)

De plus, le fait que John Glenn revola 37 ans plus tard avec la mission de la navette spatiale STS-95 (en octobre 1998), vit un nombre impressionnant de patches commémorant ces deux missions. John Glenn passant du First American in Orbit à Oldest Man in Space.

Aurora 7 : M. Scott Carpenter (24 mai 1962)


A l’origine, Scott Carpenter souhaitait nommer sa capsule Rampart, du nom d’une chaîne de montagnes du Colorado (où il est né). Cela lui semblait plus symbolique. Mais c’est finalement Aurora qui l’emporta, en hommage aux aurores boréales. Il s’aperçut, après coup, que c’était une bonne coïncidence. Une des rues proches de chez lui à Boulder, lorsqu’il était enfant, s’appelait Aurora Street.
Scott Carpenter fit lui aussi appel à Cece Bibby pour peindre de manière stylisée Aurora 7 sur la capsule. Le dessin montre le 7 (de couleur bleu) entourés de 4 cercles lumineux (rouge, jaune, orange et bleu-clair) et Aurora en blanc. Il n’existe pas beaucoup de photos couleur. Le dessin, là aussi, fut en partie effacé par le retour atmosphérique.

La capsule Aurora 7 se trouve au Museum of Science and Industry de Chicago (Photo de la NASA).
Une réplique de cette capsule se trouve sur l’USS Intrepid à New York.


Le patch souvenir reprendra en partie le dessin de Cece Bibby avec des changements de couleur, notamment le 7 qui est argenté au lieu de bleu.

Pour les 50 ans de son vol, Scott Carpenter s’est proposé de vendre un patch commémoratif.

Sigma 7 : Wally Schirra (3 octobre 1962)


Pour Wally Schirra, nommer sa capsule Sigma allait de soi. Sigma représente le symbole grec signifiant ‘’la somme de..’’, et pour lui, cela était une parfaite illustration de l’excellence de l’ingénierie (voir son livre Schirra’s Space). La somme des efforts et du travail de milliers de personnes.
C’est encore Cece Bibby qui peignit le logo (ce fut sa dernière collaboration pour ce programme car elle partit en Californie). Comme pour les précédentes missions, il fut quasiment effacé lors du retour sur Terre de Sigma 7.
La capsule Sigma 7 est exposée au Hall of Fame de Titusville, tout près de Cape Canaveral.
(Crédit Photo : NASA / Hall of Fame)
Il existe aussi un patch souvenir

Faith 7 : Gordon Cooper (15-16 mai 1963)


Gordon Cooper choisit le nom de Faith (Foi). Ce nom représente la Foi de Cooper dans l’équipe d’ingénieurs, dans lui-même et avec Dieu.
Il y eut un dessin sur la capsule. Il a été réalisé par B. R Shuster de chez McDonnell. Le dessin, comme ceux des autres missions, ne résista pas, ou presque pas au retour dans l’atmosphère.

La capsule Faith 7 est exposée au Johnson Space Center à Houston (Texas).

Là aussi, il existe un patch souvenir.

Autres Patches associés au Programme Mercury
Programme Mercury
Il n’existe aucun patch officiel de ce programme. Tout ceux que l’on trouve ont été fabriqués et vendus après la fin du programme.
Ces patches représentent le plus souvent le logo donné au Programme Mercury. Il représente le symbole astronomique de la planète Mercure (Mercury) et le chiffre 7 représentant les 7 astronautes du programme. Ce logo est identique au monument Mercury qui se trouve à Titusville et érigé en 1964.



Les Patches d’Eagle One Aerospace de Randy Wagner
Dans les années 90, Robert Wagner fabriqua sous licence et vendit des patches commémoratifs (différents des patches souvenirs) pour chacune des 6 missions. Ces patches sont brodés et piqués.
Ces patchs sont considérés par certains collectionneurs ‘’pointus’’ comme des patches ayant un rapport direct avec les astronautes du programme.
Ces patches reprennent les logos des missions apposées sur les capsules. Le fond est noir. Pour la mission Aurora 7, la couleur a été changée. De plus, sur ces patches, en bas à droite, sont brodées les initiales complètes de chaque astronaute du programme : ABS (Alan Bartlett Shepard), VIG (Virgil gus Grissom), JHG (John Hershel Glenn), MSC (Malcolm Scott Carpenter), WMS (Walter Martin Schirra) et LGC (Leroy Gordon Cooper).


Il existe une deuxième version du patch Freedom 7, toujours avec les initiales ABS.

Programme Gemini

C’est vraiment à partir du programme Gemini, et plus précisément à partir de Gemini 5, que les premiers patches de mission apparaissent officiellement.

Les seuls patchs portés par les équipages Gemini 3 et Gemini 4, étaient le patch NASA Meatball. Même si on peut aussi considérer le projet de patch de Gemini 3 (voir à Gemini 3).

Les patches devaient répondre à certaines conditions. Les équipages ne pouvaient pas mettre n’importe quoi. En général, le dessin des patchs était proposé par les équipages, un astronaute, ou une tierce personne, mais toujours sous la supervision de l’équipage. Ensuite, pour être validé, le patch devait avoir l’approbation écrite du Director of Flight Crew Operation, et du Directeur du Johnson Space Center (à l’époque Manned Spacecraft Center) ainsi que du Directeur-Adjoint de la NASA.

Ensuite, le patch était fabriqué pour l’équipage, en quantité limité. Mais comme, les patches portés par les astronautes n’étaient pas couvert par le Copyright (au contraire des logos NASA), les fabriquants de patches n’eurent ‘’aucun scrupule’’ à les reproduire et à les vendre. La NASA se mit aussi à vendre des patches. Et il existe autant de versions différentes, de qualités différentes que de fabriquants.

Les principales sociétés de patches qui les commercialisèrent sont, pour les plus connues, pour leurs qualités, A-B Emblems, et Lions Brothers.

Gemini 3 : Gus Grissom et John Young (23 mars 1965)

Il y eu un projet de patch pour cette mission à l’initiative de Gus Grissom. Un patch humoristique avec un clin d’œil appuyé à la précédente mission de Grissom, Liberty Bell 7. Le patch portait le nom de ‘’The Molly Brown’’. Les patches ont été commandés mais jamais portés par l’équipage. On vit par la suite Gus Grissom porter ce patch sur ses vestes lors de ses entrainements pour Apollo 1 et John Young le porta aussi très longtemps, même pour ses photos officielles.

Contrairement aux missions Mercury, on n’attribua aucun nom aux capsules Gemini.

Gus Grissom y pensa pourtant. Au début, il souhaitait baptiser la capsule du nom du rivière indienne des USA. Son choix se porta d’abord sur le nom de Wapasha, du nom de la rivière Wabash. Puis, il choisit Molly Brown d’après une pièce qui avait grand succès à Broadway : The Unsinkable Molly Brown. Molly Brown était une petite fille qui avait survécu au naufrage du Titanic et à une inondation. Ce trait d’humour ne plus franchement pas à la NASA. Il se risqua même à proposer Titanic...

Pour éviter ce genre de ‘’problème’’, la NASA décida qu’aucune des missions Gemini n’aurait de nom propre.

On sait que si aucun patch n’a été fabriqué avant la mission, le logo, lui servit bien. Et Molly Brown vola à bord de Gemini 3, sous forme de petits médaillons en or, plaqués or ou argent, à tirage très très restreint et destinés aux astronautes, familles, amis ou autres. Ces petits médaillons (dont les premiers volèrent sur Mercury) sont très recherchés des collectionneurs.
 
Il existe plusieurs patchs souvenirs de cette mission reprenant soit le design originel (fabriqué par One Eagle Aerospace = Aujourd’hui Cargo Bay Emblems) ou un autre design.

(Patch souvenir rencontré très fréquement / Les couleurs peuvent variées)
(Monogram offrit également ce patch souvenir dans cette boite de maquettes de Liberty Bell 7 et Gemini 3)

La capsule Gemini 3 est exposée au Spring Mill State Park à Mitchell dans l'Indiana (Ville de naissance de Grissom)


Gemini 4 : James McDivitt et Ed White (3 au 7 juin 1965)

Il n’y eu aucun patch conçu pour cette mission.

Mais lors de cette mission, l’équipage porta pour la première fois un patch du drapeau américain. Tradition qui a continuée jusqu’à aujourd’hui par tous les équipages américains. D’ailleurs, McDivitt et White considérèrent que ce drapeau était leur patch. Ce sont même eux qui achetèrent les patches drapeaux.

Avant qu’il ne fût décidé qu’aucun nom ne serait attribué aux capsules Gemini, l’équipage avait choisi de baptiser leur capsule du nom d’American Eagle, et avait proposé un patch.

Mais comme on l’a vu, il n’y eu pas de patch. Le dessin a quand même été repris pour les fameux médaillons emportés lors de la mission, puis plus tard sur les patches souvenirs de cette mission.

(Un des nombreux patches souvenirs de la mission)
(Patch thermo collant que l'on
trouvait dans lesboites Kellogs en 1969)
La capsule Gemini 4 est exposée au National Air & Space Museum à Washington DC.

Gemini 5 : Gordon Cooper et Charles Conrad ( )

C’est Gordon Cooper qui conçu le patch. Il s’agissait d’un chariot Conestoga. Le fameux chariot de la Conquête de l’Ouest utilisé par les pionniers au 19ème siècle (n’oublions pas que Cooper était originaire de l’Oklahoma). A l’origine, il y avait une inscription au-dessus du chariot : ‘’8 Days or Bust’’, faisant référence aux 8 jours de la mission (8 days) ou à la honte de l’échec (Bust).
 
Le Directeur de la NASA, James Webb, ne trouva pas cela drôle, et demanda à enlever l’inscription. Mais les patches étaient déjà fabriqués, et on cacha l’inscription avec un morceau de tissu.
(Les 2 astronautes à leur retour de mission avec les patches originaux)

Certains de ces patches ont volé lors de cette mission et ont été vendus au milieu des années 90 lors de ventes aux enchères. Ils venaient directement Gordon Cooper.

Il y a plusieurs versions de ces patches. Certains possèdent l’inscription, d’autres non. Certains sont marqués Gemini 5 et d’autres GT-5. Ce sont tous des patches souvenirs.
(Un patch original et un des patches souvenirs vendus après la mission)
(Plaquette et patch souvenir vendu par Willabee & Ward)


La capsule Gemini 5 est exposée au

 
Gemini 6 : Wally Schirra et Tom Stafford (15 au 17 décembre 1965)

Il existe 2 types de ce patch. La première version indique GTA-6 pour Gemini Titan Agena. On le voit clairement sur les combinaisons sur plusieurs photos de la NASA. Le dessin représente une capsule Gemini poursuivant une Agena. Puis, avec le report du vol suite à l’explosion de la fusée-cible Agena, la désignation de la mission changea en GT-6A. Il y eu donc un nouveau patch désigné Gemini 6 et montrant 2 capsules Gemini (Rendez-vous avec Gemini 7).

Gemini 7 : Frank Borman et James Lovell (4 au 18 décembre 1965)

Le dessin du patch est l’œuvre d’un des artistes travaillant pour la NASA.
(Dessin original du patch / Crédit photo : NASA)
 
Il possède le chiffre romain VII (7) ainsi qu’une flamme olympique représentant l’endurance d’un marathon. La mission devait durer en effet 14 jours. Les noms des astronautes ne sont pas inscrits, même si sur beaucoup de reproductions vendues, on les trouve sur les patches.

(Exemples de patches commémoratifs)
(Un des patches thermocollants dans les paquets de Kellogs en 1969)
(Plaquette et patch souvenir vendu par Willabee & Ward)

Gemini 8 : Neil Armstrong et David Scott (16 mars 1966)

La symbolique du dessin du patch de la mission représente la lumière des 2 étoiles jumelles (Gemini) Castor et Pollux touchant un prisme et donc se trouvant renvoyé en spectre de couleur formant Gemini 8 en chiffre romain (II pour Gemini en écriture zodiacale et VIII). Le spectre des couleurs représentant les objectifs (atteints) de la mission : Rendez-vous, Docking, EVA et Expériences).

Gemini 9 : Tom Stafford et Gene Cernan ( )

Ce sont les astronautes eux-mêmes, avec leurs femmes, qui conçurent le dessin du patch.

Ils choisirent une sorte de bouclier pour la forme du patch. En fond, le IX en chiffre romain. Le dessin représente également une capsule Gemini avec une fusée cible Agena, mais ce n’est pas celle qui a été utilisé pour la mission. En effet, quelques temps avant le lancement de Gemini 9, la cible Agena n’atteignit pas l’orbite et fut remplacé par une autre Agena, mais modifiée cette fois (Agena ATDA). Enfin, le dessin montre une EVA, et si vous regardez bien le cordon qui relie l’astronaute à la capsule, celui-ci fait un 9 !

Donc, dans ce dessin, sont repris les 4 éléments essentielles de la mission : le numéro, le Rendez-Vous, le Docking et l’EVA.
(Dessin original du patch / Crédit photo : NASA)
 
On trouve parfois des versions avec le nom des astronautes au-dessus ou en dessous du bouclier.
(Un des patches souvenirs vendus)
 
Gemini 10 : John Young et Mike Collins (18 au 21 juillet 1966)

C’est John Young qui eu l’idée du dessin du patch mais c’est sa femme Barbara qui le dessina. Il y un énorme 10 en chiffre romain dont les coins du X dépassent du cercle bleu représentant la Terre avec encore une fois les deux étoiles jumelles Castor et Pollux pour symboliser Gemini et les 2 astronautes de la mission.
(Patch original de la mission)
 
Contrairement aux patches communément vendus, la première version n’avait pas le nom de l’équipage (Déclaration de Collins dans son lire Carrying the Fire).
(On voit très bien le patch sur une des photos officielles de l'équipage)
(En 1969, durant l'entrainement pour Apollo 10, John Young porte le patch Gemini 10 sur sa Blue Suit)

C’est la société Texas Art Embroidery Inc, située à Houston au Texas, qui confectionna les patches pour l’équipage.
(Patch souvenir)

Gemini 11 : Charles Conrad et Richard Gordon (12 au 15 septembre 1966)

La mission Gemini 11 était très ambitieuse. Elle devait réussir son Rendez-Vous et son Docking à sa première orbite. Puis venait l’EVA et enfin un vol spatial à une altitude encore jamais atteinte.


Ces quatre principaux objectifs sont très bien représentés dans le patch par la présence de 4 étoiles.

Les lettres XI (11), outre le numéro de la mission, montrent très bien l’objectif concernant l’altitude de vol.

Enfin, également représentés le Docking et l’EVA.

Puis, chose nouvelle sur un patch, le nom des deux astronautes. Sur certaines reproductions commercialisées, l’étoile séparant les deux noms n’est pas présente.

Et pour terminer, le choix des couleurs est important. Conrad et Gordon étant de la Navy, et bien, le bleu et l’or s’imposaient. Beaucoup de reproductions ont souvent du noir et jaune au lieu de bleu et or.
(Dessin original du patch / Crédit photo : NASA)
 
Gemini 12 : James Lovell et Buzz Aldrin (11 au 15 novembre 1966)

Le dessin du patch est simple mais très symbolique. Devant être à l’origine lancé pour Halloween, le patch de Gemini 12 reprend donc les couleurs associées à cet évènement, à savoir le noir, l’orange et l’or.
(Dessin original du patch / Crédit photo : NASA)

De plus, le XII, de part sa position, fait aussi référence à minuit, heure du commencement d'Halloween et de l'apparition des sorcières. Il y a aussi représenté un croissant de Lune pour symboliser Halloween mais aussi la venue prochaine du programme Apollo.

(on voit très bien le patch sur la combinaison d'Aldrin lors de son EVA - et ses feutres)

La capsule Gemini 12 est exposée au Adler Planetarium de Chicago.
(A suivre)
(Collection de patches souvenirs)







Aucun commentaire:

Publier un commentaire