samedi 9 juin 2018

Souvenir du Pad 26 d'où a été lancé Explorer 1, premier satellite américain dans l'espace


Carte-Souvenir avec un morceau de la tour de lancement d'Explorer 1


Le 31 janvier 1958, les Etats-Unis réussissaient, enfin, à envoyer leur premier satellite artificiel dans l'espace : Explorer 1.


Celui-ci a été lancé depuis le LC-26A (Launch Complex 26) de la Cape Canaveral Air Force Station par une fusée Juno I / Jupiter-redstone. 
Les USA se lançaient enfin dans la course à l'espace. Les soviétiques les avaient battu en envoyant le premier satellite artificiel autour de la Terre le 4 octobre 1957 : Spoutnik.

Je ne vais pas revenir sur l'histoire d'Explorer 1, lancé lui aussi comme Spoutnik durant l'Année de Géophysique Internationale, et dont les instruments de mesures permirent de détecter une ceinture de radiation autour de la Terre, la fameuse ceinture de Van Allen.


Le contact avec Explorer 1 a été perdu le 23 mai 1958 et il est retombé dans l'atmosphère après 12 années en orbite, le 31 mars 1970.


Je vais plus vous parler du LC-26A et de cette fameuse carte-souvenir spéciale qui contient un petit morceau de la tour de lancement d'Explorer 1.

Le Launch Complex 26 (LC-26) est un site de lancement de l'US Air Force comprenant deux pad de tir identiques, le A et le B. Il y a également à proximité un ''blockhouse'' (blockhaus) où se trouve la salle de contrôle de tir de ces pads. 
Le pad A servait pour le lancement des Jupiter-C et Juno I comme celui d'Explorer 1 tandis que le pad B servait pour les missiles intercontinentaux Jupiter et les les Juno II. 

Le pad de tir, en lui-même, est une réalisation simple. Une énorme plaque de métal sur une grosse couche de béton. De chaque côté, un gros mur de béton de 2 mètres de haut environ avec un énorme canon à eau, qui lors du lancement permet de réduire les vibrations. 
Sous le pad de tir, un réseau de conduites et tunnels menant au blockhaus toutes les connectiques des câbles, etc...

La tour de lancement est un énorme portique (gantry) construit en 1956-57 par la société Noble Company d'Oakland en Californie. Cette société est spécialiste des portique, notamment portuaire, et elle a commencé à travailler à Cape Canaveral en aidant à la construction du LC-3 qui a effectué le premier lancement d'une fusée depuis Cape Canaveral, le 24 juillet 1950 avec un V-2 modifié baptisé Bumper.

Noble Company gagne ensuite le prochain contrat de l'US Army (428 000$ de l'époque) pour la construction du LC-4 qui a servi notamment pour le lancement de la première Redstone le 20 août 1953. 

Ce portique contenait 5 niveaux (étages) dont quatre pouvaient se déplacer le long du portique et donc s'ajuster exactement au lanceur pour sa préparation.
La plateforme supérieure (la 5ème) était inamovible et possédait une sorte de treuil afin d'aider à la mise en place de la charge utile. Il y avait également un bureau, des espaces de travail, etc sur cette 5ème plateforme.

Et bien sûr, la tour de lancement était mobile. Elle roulait ! Aux extrémités des bases, au niveau des pied, il y avait donc 4 camions-citernes qui déplaçait la tour sur les différents pads. Celle du LC-26 servaient aussi aux LC-5 et LC-6.

La première utilisation de cette tour de lancement a eu lieu le 27 août 1957 pour le premier lancement d'une Jupiter.

Ce portique est le seul survivant de ce modèle. Il a été entièrement restauré en 2005. Il se trouve toujours au LC-26 qui est inactif depuis 1963, année où s'est implanté dessus l'US Air Force Space & Missile Museum.

Dès le début de son installation, l'US Air Force Space & Missile Museum a confectionné des souvenirs dont certains avec des petits morceaux de la tour de lancement qui avait servi pour Explorer 1.

Au début, il s'agit de petites boites en plastique dans lesquelles est inséré un petit morceau de la tour de lancement, avec un petit certificat d'authenticité du responsable du musée de l'époque. Je ne sais pas exactement quand sont sortis les premiers souvenirs de ce type.


Puis en 2005, il a été commencé une restauration entière de cette tour.
Une souscription a été lancée et une carte-souvenir de ce type a été confectionnée.
Je pense que ces cartes ont été faites avant afin de récolter de l'argent, la rénovation ayant commencé en 2005. P
ar contre, je ne me souviens pas du tout des dates ni combien de cartes ont été faites, mais elles n'ont pas été si nombreuses que cela, car la tour de lancement est considérée comme un objet historique et donc très peu de morceaux ont été prélevés avant la restauration. Car sur cette carte, c'est un petit bout d'avant la rénovation. Il est de plus devenu assez difficile d'en trouver à la vente et vu les prix vus parfois, on sent que les collectionneurs en ont envie.



C'est un chouette ''morceau d'histoire'' - La carte est joliment imprimée avec un texte explicatif.
En bas de la carte se trouve une citation de Charles F. Kettering (1876-1958) qui était un ingénieur, un inventeur et un homme d'affaires américain. Il a créé la société Delco et a dirigé General Motors. Il a également introduit les additifs dans les carburants (faisant de lui un homme riche, mais aussi un des responsables de la pollution automobile).

Bref, un petit objet de collection bien sympathique.



Crédit : Collection Stéphane Sebile / Spacemen1969
             Space Quotes - Souvenirs d'espace

vendredi 4 mai 2018

L'histoire de l'exploration spatiale de Mars par la philatélie

(en cours)

Mars fascine les hommes depuis très longtemps !

Je vous propose une petite rétrospective de ses presque 60 ans d'exploration spatiale de Mars par des sondes au travers de la philatélie - je ne rentrerai pas dans le détail de ces missions, d'autres sites, notamment ceux des agences spatiales nationales, le font beaucoup mieux que moi.


Cette petite rétrospective n'est pas du exhaustive, car des centaines de timbres et autres documents philatéliques ayant pour thème Mars ont été émis. Je n'ai pas pris en compte les très nombreuses émissions ''abusives'' de certains pays pour qui les timbres ressemblent plus à des vignettes, certes jolies, mais dont le but premier est de faire de l'argent sur le dos des collectionneurs.


Lors des premières observations au télescope, les astronomes ont constaté des changements de couleurs que certains ont pris pour de la végétation qui variait avec les saisons. Certains mêmes ont cru y voir des canaux comme l'astronome italien Giovanni Schiaparelli dès 1877.

L'Italie émet un timbre en 2010 pour le centenaire de la disparition de Schiaparelli - timbre avec les canaux visibles sur Mars.


1877 est une date importante pour Mars car l'astronome américain Asaph Hall, y découvre ses deux lunes, respectivement le 12 août avec Deimos (Terreur) et le 18 août avec Phobos (Peur), depuis l'observatoire naval des USA à Washington DC.

La planète rouge a suscité et suscite encore de nos jours un grand intérêt que ce soit, bien sûr de la part des scientifiques, mais aussi de la part du public. Et il faut dire que Mars a de quoi fasciné :

- 2 lunes de formes étranges : Phobos et deimos
- Olympus Mons, volcan martien qui est le plus haut relief du système solaire, culminant à 22,5 km d'altitude
- Des calottes glaciaires aux pôles
- Valles Marineris, le plus grand canyon jamais observé

Et bien sûr, les questions que tout le monde se pose : Mars a t-elle abrité la vie ? Mars est-elle encore habitée ? Qu'est-il  arrivé à Mars ? etc...

Et dès la fin des années 1950, avec le nouvel ''âge spatial'' qui venait de s'ouvrir, l'exploration spatiale de Mars par des sondes a été parmi les priorités des agences spatiales, d'abord entre les russes et les américains sur fond de guerre froide, puis de plus en plus en coopération. 

L'exploration de Mars par l'envoi de sondes et autres engins est un véritable challenge. D'abord, on ne peut envoyer des sondes que lorsque Mars est au plus près de la Terre, c'est à dire tous les deux ans, afin d'optimiser le voyage. Ensuite, se mettre en orbite de Mars est très difficile : il faut d'abord s'échapper de l'attraction terrestre et se mettre sur une bonne insertion martienne. Au début, les sondes ne faisaient que survoler, mais ensuite, pour larguer un atterrisseur, il fallait se mettre en orbite. C'est très complexe et compliqué. Il y a eu depuis 1960 près d'une cinquantaine de missions martiennes et un peu plus de la moitié de ses missions ont connu un échec total ou partiel.
Les russes ont une véritable ''poisse'' avec leurs sondes puisque aucune n'a atteint son objectif.

La prochaine mission à se rendre vers Mars est la mission Insight qui doit partir ce 5 mai 2018 (voir sujet complet ICI).

Dans la suite logique de cette exploration martienne, la prochaine étape sera un retour d'échantillon puis, l'ultime étape... l'homme sur Mars.


10 octobre 1960 (URSS) : Marsnik 1 (Mars 1960A) - Echec

Lancement par un lanceur Molnya depuis Baïkonour et qui n'arrive pas à atteindre l'orbite terrestre.
La sonde et le lanceur sont détruits 5 minutes après e décollage.

14 octobre 1960 (URSS) : Marsnik 2 (Mars 1960B) - Echec

Lancement par un lanceur Molnya depuis Baïkonour et qui n'arrive pas à atteindre l'orbite terrestre.
La sonde et le lanceur sont détruits 4 minutes 50 secondes après le décollage.

24 octobre 1962 (URSS) : Spoutnik 22 (Mars 1962A) - Echec

Lancement par un lanceur Molnya depuis Baïkonour qui atteint l'orbite terrestre mais le 3ème étage explose lors de la manoeuvre pour quitter l'orbite de la Terre.

1er novembre 1962 (URSS) : Mars 1 - Echec

Lancement par un lanceur Molnya depuis Baïkonour.
Première sonde à quitter l'orbite terrestre pour Mars.
Perte de communications le 21 mars 1963 alors qu'elle est a 106 millions de km de la Terre.
d'après les dernières données reçues, les calculs montrent qu'elle a survolé Mars le 19 juin à environ 193 000 km. Elle entre ensuite en orbite héliocentrique.

Quelques clubs philatéliques ont émis des souvenirs commémoratifs.

(Entier postal émis le jour du lancement)
(Commémoration de la ville de Bakou)
(Commémoration de la ville de Kalouga)
(Commémoration de la ville de Kalouga)
Le 17 novembre 1962, la poste russe émet un timbre commémorant cette mission, les autorités russes pensant qu'elle serait un succès.


4 novembre 1962 (URSS) : Spoutnik 24 - Echec

Lancement par un lanceur Molnya depuis Baïkonour.
Un atterrisseur était intégré à la sonde.
Ne peut quitter l'orbite terrestre après l'explosion du 3ème étage. Retombera dans l'atmosphère en janvier 1963.

5 novembre 1964 (USA) : Mariner 3 - Echec

Lancement par un lanceur Atlas-Agena.
La coiffe ne se sépare pas après le décollage. Perte de contact 8 h 43 min après le décollage.



28 novembre 1964 (USA) : Mariner 4 - Succès

Lancement par un lanceur Atlas-Agena.
Le problème de coiffe de Mariner 3 a été réglé peu de temps avant le décollage.
Les 14 et 15 juillet 1965, Mariner 4 survole Mars et envoie les premières photos de la planète.
Mariner 4 envoie 22 photos (la dernière est incomplète) à la Terre. Lors des photos, elle a survolé Mars entre 11 900 km et 16 900.
Sa distance la plus proche de Mars est de 9 846 km de la surface mais elle avait déjà fini ses photos.
Le contact avec Mariner 4 a été perdu le 21 décembre 1967.

(Timbre et enveloppe 1er Jour émise par le Mali et commémorant Mariner 4)

30 novembre 1964 (URSS) : Zond 2 - Echec

Lancement par un lanceur R-7 Semoiorka depuis Baïkonour.
Panne d'un des deux panneaux solaires lors du trajet vers Mars puis perte de contact en mai 1965 alors que la sonde est à 150 millions de km de la Terre.
On sait néanmoins qu'elle a survolé Mars le 6 août 1965 à une distance comprise entre 5 000 et 1 500 km (difficile de savoir).
Le seul succès, relatif, de la mission est le bon fonctionnement des moteurs ioniques qui ont pu être testés en condition de vol réel.

18 juillet 1965 (URSS) : Zond 3 - Echec / Succès

Lancement par un lanceur R-7 Semiorka depuis Baïkonour.
Jumelle de Zond 2, elle a vraisemblablement la fenêtre de tir de 1964 et a "été reconvertie"" en sonde d'essais.
Elle a d'abord survolé la Lune le 20 juillet, notamment sa face cachée, et a transmis 125 photos de très grandes qualités de la surface lunaire.
Zond 3 a ensuite continué sa route sur une orbite héliocentrique et a coupé l'orbite de Mars mais de très loin.

24 février 1969 (USA) : Mariner 6 - Succès


27 mars 1969 (USA) : Mariner 7 - Succès




27 mars 1969 (URSS) : Mars 1969A - Echec

2 avril 1969 (URSS) : Mars 1969B - Echec

9 octobre 1970 (USA) : Mars S.P.E.D - Test

8 mai 1971 (USA) : Mariner 8 - Echec

10 mai 1971 (URSS) : Cosmos 419 - Echec

19 mai 1971 (URSS) : Mars 2 - Succès partiel

Emission d'un timbre russe le 5 avril 1972

28 mai 1971 (URSS) : Mars 3 - Succès partiel

30 mai 1971 (USA) : Mariner 9 - Succès

(Insertion martiene - Commémoration de la ville de Mars en Pennsylvanie)
(En 1972, la Hongrie émet une paire pour commémorer la mission)


21 juillet 1973 (URSS) : Mars 4 -Echec

25 juillet 1973 (URSS) : Mars 5 - Echec

5 août 1973 (URSS) : Mars 6 - Echec

9 août 1973 (URSS) : Mars 7 - Echec

20 août 1975 (USA) : Viking 1 - Succès

9 septembre 1975 (USA) : Viking 2 - Succès

Emission d'un timbre US le 20 juillet 1978

7 juillet 1988 (URSS) : Phobos 1 - Echec


Emission d'un timbre par l'URSS le jour du lancement


12 juillet 1988 (URSS) : Phobos 2 - Succès partiel


Plusieurs pays vont émettre soit des timbres commémorant la mission, soit des cachets philatéliques commémoratifs comme ici l'ex-Allemagne de l'Est (RDA) le jour du lancement de Phobos 2, Cuba avec un timbre (issu d'une série spatiale) en juillet 1988, l'URR de nouveau avec un bloc-feuillet émis le 24 avril 1989, tout comme Madagascar en aoûr 1989 ou bien, par exemple, Madagascar en 1994.




25 septembre 1992 (USA) : Mars Observer - Echec



7 novembre 1996 (USA) : Mars Global Surveyor - Succès


16 novembre 1996 (Russie) : Mars 96 - Echec

4 décembre 1996 (USA) : Mars Pathfinder / Sojourner - Succès




Voir article complet en cliquant ICI

4 juillet 1998 (Japaon) : Nozomi - Echec

11 décembre 1998 (USA) : Mars Climate Observer - Echec

3 janvier 1999 (USA) : Mars Polar Lander / Deep Space 2 - Echec

7 avril 2001 (USA) : Mars Odyssey - Succès


2 juin 2003 (ESA) : Mars Express - Succès
                   (G-B) : Beagle 2 - Echec

10 juin 2003 (USA) : MER-A / Spirit - Succès


7 juillet 2003 (USA) : MER-B / Opportunity - Succès


12 août 2005 (USA) : Mars Reconnaissance Orbiter (MRO) - Succès



4 août 2007 (USA) : Phoenix - Succès


8 novembre 2011 (Russie) : Phobos-Grunt - Echec

26 novembre 2011 (USA) : Curiosity - Succès


5 novembre 2013 (Inde) : Mangalyan (MOM) - Succès



18 novembre 2013 (USA) : MAVEN - Succès



14 mars 2016 (ESA) : Exomars TGO - Succès
                                    Schiaparelli - Echec

Lancement le 14 mars 2016 par un lanceur Proton depuis Baïkonour.






5 mai 2018 (USA) : Insight - Lancement

La sonde InSight qui a décollé doit aller se poser sur la surface de Mars le 26 novembre 2018.
Elle va déposer sur le sol SEIS, un sismomètre français qui doit ''aller écouter battre le coeur de Mars''.



Crédit : Collection Stéphane Sebile / Spacemen1969
             Space Quotes - Souvenirs d'espace