mercredi 20 février 2019

20ème anniversaire de la mission Soyouz TM-29 Perseus


(en cours de publication)

Ce 20 février 1999, une fusée Soyouz décolle depuis le cosmodrome de Baïkonour. A son sommet, la capsule Soyouz TM-29 décolle avec trois cosmonautes à bord : 

- Viktor Afanassiev, Commandant (3ème vol)
- Jean-Pierre Haigneré, Ingénieur de vol (2ème vol), France
- Ivan Bella, cosmonaute (1er vol, Slovaquie

(Enveloppe décollage signée par l'équipage principal et l'équipage doublure)

C'est la première mission spatiale habitée russe qui décolle avec trois cosmonautes de trois pays différents. Pour la France, la mission prend le nom de Perseus et pour la Slovaquie, elle prend le nom de Stefanik.

Les patchs Perseus et Stefanik


Le vaisseau s'arrime à la station spatiale MIR le 22 février après deux jours de vol. Afanassiev et Haigneré compléteront l'équipage MIR-27 avec Sergueï Avdeiev qui est dans l'espace depuis le 13 août 1998. Bella rentrera avec les deux autres membres de l'équipage résident de MIR-26 le 28 février.




Crédit : Collection Stéphane Sebile / Spacemen1969
             Space Quotes - Souvenirs d'espace

dimanche 10 février 2019

Le Hawker Hunter Mk.58 J-4099 du Musée de l'Air et de l'Espace au Bourget / Claude Nicollier


Le Musée de l'Air et de l'Espace au Bourget (qui fête ses 100 ans cette année) abrite, parmi les quelques 350 appareils de ses collections (réserve comprise) un Hawker Hunter Mk58 de l'Armée de l'Air suisse immatriculée J-4099.

(Le Hawker Hunter Mk-58 J-4099 vu en 2009 sur le tarmac du Musée)
Cet appareil a une particularité que peu de visiteurs savent : il a été piloté par Claude Nicollier, premier et actuellement toujours le seul astronaute suisse.

Le Hawker Hunter est un avion de chasse britannique qui a effectué son premier vol en 1951 et est entré en service en 1954.

En 1957, l'Armée de l'Air suisse (les Forces Aériennes Suisses) commence à chercher un nouveau chasseur pour remplacer ses Vampire vieillissants. Plusieurs candidats sont en lice : le Follant Gnat, le F-86 Sabre et Hawker Hunter. C'est ce dernier qui gagne la compétition. La Suisse passe une commande de 100 appareils.

Ce sera la version améliorée Mk.58 qui sera livrée.

La Suisse utilisera quelques 160 Hunter jusqu'au 16 décembre 1994, date de leur retrait du service actif. La Patrouille Suisse, l'équipe de démonstration en vol des Forces Aériennes Suisses a utilisé également le Hawker Hunter Mk.58 jusqu'en 1994.

A la fin de sa carrière, la Suisse donna 31 appareils à des musées dont celui-ci qui est donc maintenant au Musée de l'Air et de l'Espace du Bourget. Il arriva au Bourget, en vol, le 13 décembre 1996.
Quelques autres Hunter furent offert à des forces aériennes amies (12 exemplaires).

Quelques 2 000 exemplaires (toutes versions confondues) du Hawker Hunter ont été construits et quelques uns volent encore - des baptêmes de l'air existent en Suisse notamment.

Pour revenir à l'exemplaire conservé au Musée de l'Air et de l'Espace, le J-4099, il est donc arrivé en vol le 16 décembre 1996 au Bourget.


Et il a donc la particularité d'avoir été piloté par Claude Nicollier, le premier astronaute suisse. Si, si... et on le sait car c'est marqué dessus.


Claude Nicollier est astrophysicien. Sélectionné en 1978 comme astronaute par l'Agence Spatiale Européenne (ESA) dans son premier groupe de sélection et à l'origine pour le programme Spacelab.
Il sera le premier non américain à devenir Mission Specialist et volera 4 fois avec la navette spatiale (4 navettes différentes) : STS-46 en 1992, STS-61 (pour Hubble) en 1993, STS-75 en 1996 et STS-99 (pour Hubble) en 1999.
Claude Nicollier est le premier suisse dans l'espace (et toujours le seul actuellement) et il a passé en tout 42 jours 12 heures 03 minutes dans l'espace.


En 1966, Claude Nicollier entre dans les Forces Aériennes Suisses comme pilote de milice et pilotera des Northrop F-5E Tiger et des Hawker Hunter, dont celui du Musée de l'Air et de l'Espace du Bourget.


L'appareil se trouvait sur le tarmac jusqu'en 2013 puis lors de l'installation du Salon du Bourget 2013, il est parti aux réserves du Musée à Dugny où il se trouve toujours. On peut donc le voir seulement lorsque les réserves sont visibles du public, en général une fois par an lors des Journées du Patrimoine. Ce qui est bien, comme cela il est à l'abri car le marquage commençait à s'effacer.

Crédit + Photos : Stéphane Sebile / Spacemen1969
                            Space Quotes - Souvenirs d'espace


dimanche 3 février 2019

25ème anniversaire de la mission STS-60 / 3 au 11 février 1994


(en cours de publication)

Ce 3 février 1994, la navette spatiale Discovery s'envole pour sa 18ème mission dans l'espace qui est STS-60. A bord se trouvent 6 astronautes :

- Charles Bolden, Commandant (4ème vol)
- Kenneth reightler, Pilote (2ème vol)
- N. Jan Davis, Spécialiste de Mission n° 1 (2ème vol)
- Ron Sega, Spécialiste de Mission n° 2 (1er vol)
- Franklin Chang-Diaz, Spécialiste de Mission n° 3 (4ème vol)
- Sergueï Krikalev, Spécialiste de Mission n° 4 (3ème vol)


Cette mission est particulière à plus d'un titre, mais dont la finalité et l'objectif est identique : préparation aux futurs vols navettes-MIR.
C'est pour cela que Sergueï Krikalev est à bord de Discovery. C'est le premier cosmonaute russe dans un vaisseau américain depuis la mission Apollo-Soyouz en 1975.



Bien sûr, il y avait d'autres objectifs importants pour cette mission comme le déploiement (ou presque) de l'expérience WSF (Wake Shield Facility) et le laboratoire Spacehab dans la soute.

Après 8 jours 07 heures 09 minutes dans l'espace, l'équipage revient sur Terre, à Cape Canaveral, le 11 février 1994.




Crédit : Collection Stéphane Sebile / Spacemen1969
             Space Quotes - Souvenirs d'espace


jeudi 20 décembre 2018

Belgique / Pièce de 2 euros pour les 50 ans du satellite ESRO-2B IRIS


Le 18 septembre 2018, la Monnaie Royale de Belgique émet une pièce de 2 euros afin de commémorer le 50ème anniversaire du premier lancement réussi du premier satellite européen ESRO-2B IRIS.


Le 16 mai 1968 (heure locale), une fusée américaine Scout de la NASA est lancée depuis la Base de Vandenberg en Californie. Son rôle est de mettre sur orbite le satellite européen ESRO-2B IRIS.
Ce satellite scientifique va étudier les effets du rayonnement X et les effets des particules qui sont émises par le Soleil sur l'atmosphère terrestre lors des éruptions solaires. ESRO-2B doit prendre la place du satellite américain OSO D qui faisait la même chose et qui avait été lancé en octobre 1967.


Avant la création de l'ESA en 1975, il y avait deux agences européennes : ELDO (CECLES en français pour Centre Européen de Construction de Lanceurs d'Engins Spatiaux, créée en 1963) et ESRO (CERS en français pour Conseil Européen de Recherche Spatiale, créée en 1964).

Mon article sur l'ELDO et l'ESRO (en cliquant sur le lien en bleu)


C'est l'ESRO qui est le maître d'oeuvre du satellite ESRO-2B qui a été construit par la société britannique Hawker Siddeley et la société française Matra.

En fait, il y a eu un premier exemplaire du satellite, ESRO-2A, mais celui-ci a été détruit lors de l'échec du lanceur le 29 mai 1967.


ESRO-2B fonctionnera jusqu'en 1970 (une défaillance technique du système d'enregistrement des données en décembre 1968, fera que seulement 20% des données ne pourront être récupérées par les stations au sol).
ESRO-2B rentre dans l'atmosphère 8 mai 1971.

C'est donc le 50ème anniversaire du lancement réussi de ESRO-2B que commémore cette pièce de 2 euros.

Il existe 2 types de tirage de cette pièce :

- 250 000 exemplaires BU (brillant universelle) vendus à l'unité ou sous forme de Coincard (comme ici présenté)
- 7 500 exemplaires BE (belle épreuve) vendus sous forme de petit coffret, numéroté et avec certificat.

Comme une pièce de 2 euros classique, celle-ci est bimétallique en cuivre et nickel. Elle pèse 8,5 grammes.


Sur l'avers, on y voit le satellite ESRO-2B IRIS autour de la Terre avec les dates 1968-2018. On peut y lire BE qui veut dire Belgique. Sur la gauche du BE, il y a un blason stylisé de Hertzele, commune ayant le même nom que la Commissaire belge des Monnaies qui s'appelle Ingrid Van Herzele. Sur la droite du BE, il y a un Caducée qui correspond à la Monnaie Royale des Pays-Bas qui frappent les monnaies belges.
On y voit aussi 2 L entrelacés qui correspondent à Luc Luycx, dessinateur et graveur belge, qui est l'auteur des faces communes des pièces 1, 2, 5, 10, 20, 50 cents et des pièces 1 et 2 euros.


La tranche est striée avec plusieurs 2 et des étoiles gravés.

Concernant la présentation en Coincard, il en existe deux versions :

- Inscriptions en français et allemand sur le côté avers (celui montrant le satellite) et en flamand et anglais de l'autre côté de la carte.

- Inscriptions en flamand et anglais sur le côté avers (celui montrant le satellite) et en français et allemand de l'autre côté de la carte.


Il y a un peu de flou mais cela est dû au scanner car les cartes sont en relief à cause de l'épaisseur de la pièce et de la présentation.




Commémoration philatélique des 10 ans du lancement d'ESRO-2B

Crédit : Collection Stéphane Sebile / Spacemen1969
             Space Quotes - Souvenirs d'espace


mercredi 10 octobre 2018

Médaille d'Or du Congrès / Congressional Gold Medal / Apollo 11 et John Glenn


Après un sujet sur la Congressional Space Medal of Honor de la NASA (cliquez ICI), voici un autre sujet sur une autre médaille :

Congressional Gold Medal

La Médaille d'Or du Congrès est la plus haute récompense civile décerné par le Congrès américain. 
Elle peut bien sûr être décerné à des militaires (c'est pour cela qu'il ne faut pas la confondre avec la Medal of Honor qui récompense les actes de bravoure au combat).
Elle est aussi à ne pas confondre avec la Presidential Medal of Freedom, la plus haute distinction civile décernée par le Président américain.
Cette dernière et la Médaille d'Or du Congrès sont donc les deux plus hautes distinctions civiles américaines.

La Médaille d'Or du Congrès est attribuée à ''une personne, un groupe de personnes, ayant accompli une action, un exploit, qui ont un impact sur l'histoire et la culture américaine.'' Cela explique pourquoi cette Médaille est aussi décernée à des personnes à titre posthume ayant participé à des actions collectives, ayant été victimes d'attentats, ou à des organisations (depuis 1979).
Elle peut être également décerné à un non-américain.

C'est le Congrès qui propose et choisit les personnes à honorer, et une loi publique est votée spécialement pour l'institution de chaque récompense.

Il n'y a pas de médaille type - pour chaque récipiendaire, une médaille spéciale est conçue et est remise lors d'une cérémonie officielle à l'honoré ou sa famille. Il peut se passer deux à trois ans parfois entre la décision du Congrès et la remise de la médaille.

Pour la petite (et même grande histoire), cette récompense s'appelait jusqu'en 1799 ''Continental Congress Gold Medal'' avant de prendre son nom définitif. En effet, le Congrès américain ne s'est appelé Congrès américain qu'à partir de 1800 lorsqu'il s'est installé à Washington. Il était auparavant à Philadelphie.

Le premier de tous les récipiendaires a été George Washington a qui elle a été décernée le 25 mars 1776, quelques mois avant l'Indépendance des Etats-Unis. Ce qui explique qu'elle ne lui a été officiellement remise que le 21 mars 1790. On peut la voir aujourd'hui à la Bibliothèque municipale de Boston.

Le deuxième récipiendaire, mais le premier à l'avoir sous son nom actuel, est le Major Général Benjamin Horatio Gates, en 1777 pour sa victoire à Saratoga.

Il ne faut pas s'étonner que les premiers récipiendaires soient tous des militaires. Les jeunes Etats-Unis étaient en guerre (d'ailleurs, depuis leur naissance, ils sont presque constamment en guerre contre un pays si ce n'est eux-même).

En mars 1847, le Congrès récompense les marins des navires anglais, français et espagnols qui se portèrent au secours de l'USS Somers qui a sombré au large de Vera Cruz en décembre lors de la guerre americano-mexicaine - 36 des 80 marins furent sauvés sur les 80 que comptait le navire (36 se noyèrent et 8 autres durent prisonniers en regagnant le large).

Le premier non-militaire américain a être récompensé de la Médaille d'Or du Congrès est le chirurgien de bord britannique Frederic Rose en 1858. Ce dernier, à ses risques et périls, s'était porté volontaire pour voyager de Saint-Domingue à New York avec les marins du navire USS Susquehanna qui avaient contractés la fièvre jaune.

Le premier civil a avoir reçu la récompense est Cornélius Vanderbilt pour avoir fait don de son steamer Vanderbilt (bateau à vapeur le plus puissant de l'époque) à l'Union lors de la Guerre de Sécession. Elle lui a été décernée en 1864.

Il y a même certaines personnes qui l'ont reçue plusieurs fois - plus exactement 4 personnes (3 l'ont reçue deux fois et un trois fois)

Pour ce qui nous concerne, à savoir l'aviation d'abord et l'espace ensuite, on peut noter les Frères Wright en 1909, Charles Lindbergh en 1928, Howard Hughes en 1939, le Brigadier Général Billy Mitchell en 1946, Robert Goddard en 1959 (à titre posthume), le Général Ira Eaker, les 994 pilotes afro-américains de la seconde guerre mondiale qui composaient se qu'on appelle les Tuskegee, les célèbres WASP en 2009 (elles étaient plus de 1 800 à avoir été entraînées comme pilotes durant la seconde guerre mondiale).

(Crédit : Congrès américain)
Réplique légale en bronze vendue par le Département du Trésor




La première Médaille d'Or du Congrès 
pour des astronautes

(réplique en bronze)

Le 7 août 2009 (loi n° 111-44 du 111ème Congrès - cliquez ICI) qui honore les astronautes :

- Neil Armstrong, Commandant de la mission Apollo 11 et premier homme à marcher sur la Lune
- Buzz Aldrin, pilote de la mission Apollo 11 et deuxième homme à marcher sur la Lune
- Michael Collins, pilote du module de commande de la mission Apollo 11
- John Glenn, premier américain en orbite

Nous sommes quand même l'année des 40 ans d'Apollo 11.

La cérémonie de remise de la Médaille d'Or du Congrès pour ces 4 hommes s'est tenue le 16 novembre 2011 sous la Rotonde du Capitole à Washington DC en leur présence.

Ce sont également les premiers astronautes à être honorés de cette distinction.

(Crédit : NASA)
La Médaille est surnommée ''New Frontier''

Le design de cette médaille a été proposée par le Congrès et les astronautes l'ont validé. Un budget de 50 000 $ avait été voté pour la fabrication des 4 médailles en or. Plusieurs propositions avaient été faites pour le design de cette médaille.

C'est l'artiste Joel Iskowitz qui a dessinée la médaille

L'avers de la médaille montre le visage des 4 astronautes avec leurs prénoms et noms de famille avec une vue de la Terre vue d'orbite et bien sûr un astronaute sur la Lune.
 L'avers a été gravé par la sculptrice Phebe Hemphill (qui travaille au Département du Trésor et qui a gravée d'autres médailles)

Le revers nous montre la Terre et la Lune ainsi que la capsule Friendship 7 en orbite terrestre et un LEM en orbite lunaire. Les mots ''We came in space for all mankind'' y sont gravés.
C'est le sculpteur Don Everhart qui a gravé le revers.

Il faut savoir que des répliques en bronze sont été vendues légalement par le Département du Trésor américain à un tirage limité (non spécifié) depuis plusieurs années pour ''amortir'' les frais. Et bien sûr, celle-ci était disponible.

Il existe deux tailles de médailles :

- 3,8 cm (la 1,5 inch) qui était vendue 7,95 dollars
- 7,6 cm (la 3 inch) qui était vendue 44,95 dollars.

Chaque réplique en bronze est vendue avec un petit coffret de présentation.


Crédit : Collection Stéphane Sebile / Spacemen1969
             Space QUotes - Souvenirs d'espace
Sources : Département du Trésor / Congrès américain

dimanche 30 septembre 2018

Congressional Space Medal of Honor - NASA


La Congressional Space Medal of Honor (CSMOH) est la plus haute récompense de la NASA.

C'est le Congrès américain qui a accepté la création de cette récompense / distinction en 1969 afin d'honorer (je laisse la suite en anglais car cela sonne nettement mieux) : "any astronaut who in the performance of his duties has distinguished himseld by exceptionally meritorious efforts and contributions to the welfare of the Nation and Mankind".


C'est l'administrateur de la NASA qui propose le récipiendaire qui est lui-même décoré par le Président des Etats-Unis au nom du Congrès.

C'est une distinction civile qui honore donc les civils et les militaires, et il ne faut pas la confondre avec la Medal of Honor qui est, elle, une distinction uniquement militaire récompensant une bravoure et un courage exemplaire au combat. Mais tout militaire qui reçoit la Congressional Space Medal of Honor peut la porter avec son uniforme, que ce soit la médaille ou le ruban. La médaille a la particularité d'avoir un diamant de 0,5 carat en son centre.

Concrètement, cette distinction est attribué à un astronaute qui a participé (souvent en tant que commandant) à une mission spatiale qui a ''profité à l'humanité'', qui a permis des découvertes scientifiques majeures, etc... mais aussi, hélas, à un astronaute tué en servant la NASA au cours d'une mission (les 17 astronautes de la NASA morts ainsi ont été distingués).

A ce jour, seuls 28 astronautes américains ont reçu cette récompense. La première cérémonie a eu lieu en 1978. La dernière en 2006.

Sur ces 28 astronautes, j'ai déjà indiqué que 17 l'avaient obtenue à titre posthume, et il ne reste à ce jour que 6 d'entre eux encore de vivant. Le plus ancien récipiendaire est Frank Borman qui l'a obtenue lors de la première cérémonie le 1er octobre 1978. Et seuls 4 des 12 hommes qui ont marchés sur la Lune ont été récompensés par la CSMOH.

Historique des remises de la 
Congressional Space Medal of Honor

1er octobre 1978

Il est a noté que cette première remise se tient le jour du 20ème anniversaire de la NASA et que c'est le Président Jimmy Carter qui remet les médailles et la cérémonie s'est déroulée au Kennedy Space Center :


- Neil Armstrong (1930-2012), en tant que Commandant d'Apollo 11 et premier homme à marcher sur la Lune


- Frank Borman (1928), en tant que Commandant de la mission Apollo 8, première mission habitée autour de la Lune

- Charles ''Pete'' Conrad (1930-1999), en tant que Commandant de Skylab 2 et pour le sauvetage de la station Skylab

- John Glenn (1921-2016), en tant que premier américain en orbite


- Gus Grissom (1926-1967), en tant que Commandant de la première mission Gemini (Gemini 3) et mort dans l'incendie de la capsule Apollo 1 qu'il devait commander

- Alan Shepard (1923-1998), en tant que premier américain dans l'espace

(Neil Armstrong reçoit la première Congressional Space Medal of Honor des mains du Président Carter)
(les six récipiendaires, Betty Grissom pour son mari Virgil, et le Président Jimmy Carter)
Carte d'accès véhicule et invitation VIP à la cérémonie (signées par Lee Scherer le directeur du KSC)


19 mai 1981

C'est le Président Ronald Reagan qui remet la seule médaille de cette promotion dans les jardins de la Maison Blanche devant une quarantaine d'astronautes :

- John Young (1930-2018), en tant que Commandant de la première mission d'une navette spatiale (STS-1)

19 janvier 1993

C'est le Président George H.W Bush (sénior) qui remet la seule médaille de cette promotion :

- Thomas Stafford (1930), en tant que Commandant de la mission Apollo-Soyouz

26 juillet 1995

C'est le Président Bill Clinton qui remet la seule médaille de cette promotion :

- James Lovell (1928) en tant que Commandant de la mission Apollo 13
Le succès du film Apollo 13 y est certainement pour quelque chose car parmi les invités se trouve Tom Hanks qui l'a réalisé


Vidéo montrant la cérémonie de remise


https://www.c-span.org/video/?66374-1/congressional-space-medal-honor



2 décembre 1996

C'est le Président Bill Clinton qui remet la seule médaille de cette promotion :

- Shannon Lucid (1943), pour le plus long vol (à l'époque) d'une américaine dans l'espace

17 décembre 1997

C'est le Président Bill Clinton qui remet les médailles à titre posthume :

- Roger Chaffee (1935-1967), mort dans l'incendie de la capsule Apollo 1
- Ed White (1930-1967) pour avoir été le premier américain à marcher dans l'espace avecGemini 4, mort dans l'incendie de la capsule Apollo 1
Sa médaille a été vendue en 2007 lors d'une vente aux enchères aux Etats-Unis (chez Regency Superior) et a atteint plus de 80 000 $.

15 janvier 2003

C'est le Président George W. Bush qui remet la seule médaille de cette promotion :

- William "Bill" Shepherd (1949), Commandant du premier équipage permanent sur l'ISS (Expedition 1)

3 février 2004

C'est le président George W. Bush qui remet à titre posthume la Congressional Space Medal of Honor aux 7 astronautes tués dans l'accident de la navette Columbia (mission STS-107 le 1er février 2003) :

- Rick Husband (1957-2003), Commandant de la mission
- Willie McCool (1961-2003), pilote de la mission
- Michael Anderson (1959-2003)
- Kalpana Chawla (1962-2003)
- David Brown (1956-2003)
- Laurel Clark (1961-2003)
- Ilan Ramon (1954-2003), le premier et seul récipiendaire non américain

23 juillet 2004

C'est le Président George W. Bush qui remet à titre posthume la Congressional Space Medal of Honor aux 7 astronautes tués dans l'accident de la navette Challenger (STS-51L le 28 janvier 1986) :

- Richard ''Dick'' Scobee (1939-1986)
- Michael Smith (1945-1986)
- Judith Resnik (1949-1986)
- Ron McNair (1950-1986)
- Ellison Onizuka (1946-1986)
- Christa McAuliffe (1948-1986)
- Gregory Jarvis (1944-1986)

26 avril 2006

C'est le Président George W. Bush qui remet la seule médaille de cette promotion :

- Robert Crippen (1937), en tant que pilote de la première mission d'une navette spatiale (STS-1)

(John Young à gauche et Mike Griffith, l'administrateur de la NASA à droite / Crédit NASA / Bill Ingalls)

A ce jour, et depuis 2006, il n'y a pas eu d'autres astronautes récompensés par la Congressional Space Medal of Honor.

Crédit : Collection Stéphane Sebile / Spacemen1969
             Space Quotes - Souvenirs d'espace
             NASA
La médaille présentée en début d'article est une réplique légale vendue dans le commerce.