lundi 8 octobre 2012

Programme Apollo - Le Boilerplate exposé devant le Space Center de Houston - Le BP-K


Un Boilerplate désigne une ‘’maquette’’ taille réelle d’un vaisseau spatial utilisée lors de la conception et des essais de configuration avant la validation définitive du concept, et donc l’autorisation de construire le vaisseau spatial définitif.

Plusieurs Boilerplates (ou BP) sont nécessaires lors de ces tests. C’est pourquoi, ils reçoivent un numéro ou une lettre qui permet de les identifier.

Le Boilerplate a la forme du vaisseau spatial. Il est moins coûteux de construire plusieurs maquettes pour des tests que de construire un vaisseau définitif. Un boilerplate n’a aucune fonction de vols, d’ailleurs certains sont vides à l’intérieur.

Les Boilerplates ont servi au sol, dans les / ou comme chambres à vide de la NASA (vacuum chamber) ou même en vol, au sommet d’un lanceur. Tous cela pour étudier les différentes caractéristiques qui serviront plus tard au vaisseau définitif.

Pour ce qui nous concerne, il y a eu une trentaine de Boilerplates de construits pour le programme Apollo.

Celui dont il est question ici, a la dénomination Boilerplate BP-K.

Le BP-K a été construit en 1966  à la demande de l’ingénieur de la NASA John H. Kimzey qui en avait besoin pour des tests incendie et extinction d’incendie.

Il a été modifié spécialement afin de recevoir une atmosphère pure d’oxygène à différentes pressions et servir de chambre à vide lors des tests incendie.

Il a été construit par la société Ace Fabricating, basée à Clute au Texas. Il est issue d’une série numérotée 1200. Il pèse plus de 8 000 kilos et son revêtement est en métal.

Après l’accident d’Apollo 1 en 1967, il a été de nouveau modifié afin de faire de nouveaux tests incendie avec les nouveaux matériaux qui seront par la suite agréés pour être installé à bord des capsules Apollo opérationnelles.

Il a servi ensuite durant le programme Apollo à des tests de récupération en mer, à l’entrainement des plongeurs en piscine pour l’installation du collier de flottaison.

Après le programme Apollo, il a été de nouveau modifié afin de tester le système de protection thermique de la navette ainsi que les tuiles isolantes jusqu’en 1983 où on arrête de s’en servir.

La numérotation originelle a été perdue et l’on a gardé la dénomination non-officielle BP-K.

En vue de sa première exposition au public, au milieu des années 90 , il a été décidé de le garder, avec une entrée de tuyau qui servait pour les tests. Mais plusieurs équipements électriques ainsi que la petite trappe qui servait à mettre des objets à l’intérieur ont été retirés. C’est la société Hernandez Engineering sous la conduite de Roger Eklund qui s’est chargé de la préparation et restauration à la demande du JSC.

Une fois la trappe enlevée, l’ouverture a été rebouchée à l’époxy et la capsule repeinte. Une écoutille a été peinte d’après les mesures de celle de la capsule Apollo 17 qui se trouve exposée au Space Center. Ce sont près de 800 kilos de matériel divers qui ont été retirés.
(source Space News Roundtrup du JSC de 1995).
 
Jusqu’en 2001, le BP-K était exposé devant l’Astrodome de Houston devant la porte d’entrée Minworth à un angle de 36°.


Puis, il a été exposé à l’entrée du Johnson Space Center, dans un petit jardin devant le Building 13, et a de nouveau bougé en 2008, suite à la destruction d’une ancienne partie du JSC.
 
Il est depuis situé dans le T-38 Talon Park, entre le Space Center et le Johnson Space Center, sur la NASA Road. Il est juste derrière les deux T-38.
 

 

Aucun commentaire:

Publier un commentaire