dimanche 15 septembre 2013

Les satellites militaires américains Milstar et AEHF


Le 18 septembre prochain est prévu le lancement depuis Cape Canaveral du satellite AEHF-3 par une Atlas 5. Ce sera le 3ème satellite AEHF en service destiné à des communications militaires ultra-sécurisées.

 
Revenons un peu sur cette ‘’série - constellation’’ de satellites destinés à remplacer le système Milstar.

 
Il y a 30 ans débutait le début du programme Milstar (MILitary Strategic and Tactical Relay), programme de télécommunications ultra-sécurisées avec anti-brouillage de l’armée américaine.


Un programme de communication militaire globale, d’interception de données quasi nulle, avec anti-brouillage et de fonctionnement optimale même en cas d’attaques nucléaires.

C’est Lockheed Martin qui remporta ce contrat et qui fournit à l’armée américaine les 5 satellites qui composent Milstar.

 
Ce système de communications est actuellement le plus avancé des systèmes de communication par satellite. C’’est également un système conjoint car utilisé par les différentes forces de l’armée américaine (US Air Force, S Navy, US Army, US Marines Corp).
 
Les Milstar cryptent les voix, les communications, les fax, et peuvent transmettre ces communications à l’une ou plusieurs des organismes de l’armée américaine simultanément, ce qui représente sa grande force.

Développé sous la guerre froide et avec à l’origine une commande de 8 satellites, le Congrès réduisit le nombre à 6, et le rôle que devait avoir Milstar changea un peu pour s’adapter à la nouvelle géopolitique.

Le coût des Milstar est de 800 millions de dollars pièce.

Il y avait à l’origine 6 satellites de programmés mais le 3ème Milstar n’atteint pas l’orbite prévue.

Les satellites Milstar sont de gros satellites d’environ 4,5 tonnes en orbite géosynchrone à 41 200 km, tous lancés par une Atlas IB avec étage supérieur Centaur.

Utilisés comme répartiteur téléphonique, les satellites Milstar traitent les communications et peuvent se les transmettent les uns aux autres, réduisant ainsi de façon plus que notable les stations au sol, ce qui constitue un sacré avantage. Le système est géré en entier par quelques stations fixes et mobiles seulement.

 
La durée de vie de ces satellites était annoncée pour 10 ans.

Les cinq satellites ont tous des transmetteurs de données à vitesse lente (voix, données, fax, …) et trois d’entre eux ont également un transmetteur de données à vitesse moyenne.

Les liaisons montantes se font en bande Q et les descendantes en bande Ka.

Les satellites sont pourvus de deux panneaux solaires générant 8kw.
 
On peut diviser le système Milstar en trois parties :

- La gestion des satellites proprement dite est assurée par le MILSATCOM appartenant à l’Air Force Space Command, et est basée à la Los Angeles Air Force Base en Californie.
Elle s’occupe du développement, acquisition et du contrôle de mission.

- L’Electronic Systems Center, basé à Hanscom Air Force Base au Massachussetts, s’occupe du développement et de l’acquisition des terminaux de contrôle.

- 148th Space Operation Squadron, basé à Vendenberg et le 4th Space Operations Squadron sur la base de Schriever, en Californie, s’occupent de la gestion des charges de communications et du contrôle en temps réel des satellites.

 
 
Chronologie des lancements des satellites Milstar :

Après plusieurs essais entre 1983 et 1994, dont des essais sur le FLTSATCOM 7 de l’US Navy, le premier des six Milstar, Milstar I-F1 décolle 7 février 1994.

 

Le 6 novembre 1995, Milstar I-F2 est mis en orbite.

C’est deux satellites constituent la première génération Milstar.

Après l’échec du troisième Milstar le 30 avril 1999, les trois autres Milstars nouvelle génération durent lancés le 27 février 2001, 16 janvier 2002 et 8 avril 2003.

 
 
C’est en 2001, que commence l’étude de remplacer les Milstar. Le programme AEHF est né.

 
Ces satellites ont une puissance de dix fois supérieure aux Milstar 2ème génération.

C’est encore Lockheed Martin qui gagne le contrat, avec cette fois-ci, Northrop Grumman.

Les satellites AEHF (Advanced Extremely High Frequence) remplacent donc les Milstar.

Ils sont toujours gérés par l’Air Force Space Command, mais outre les communications entres les différentes armes de l’armée américaine, ils sont également conçus pour être utilisés par l’armée britannique, l’armée canadienne et l’armée néerlandaise.

De plus, les communications en bande montante et descendante sont de beaucoup supérieures à celle utilisées pour les Milstar : bande EHF en montante (44 GHz) et bande SHF en descendante (20 GHz).

La flotte prévue est de six satellites géostationnaires et le lancement du 18 septembre 2013 sera celui du 3ème (AEHF-3). Cette flotte de six satellites couvrira intégralement la Terre en orbite géosynchrone entre les latitudes 65° nord et 65° sud.

Des tests concluants de liaisons entre les armées des USA, du Canada et des Pays-Bas ont eu lieu en juillet dernier.

La possibilité de communiquer simultanément entre alliés est d’une importance stratégique importante pour les opérations militaires conjointes actuelles et futures.

Les tests ont eu lieu avec les deux premiers satellites AEHF-1 et AEHF-2 en orbite.

Le premier satellite AEHF-1 a été mis lancé le 14 août 2010 par une Atlas V depuis Cape Canaveral avec plusieurs années de retard sur le planning prévu. Il pèse 6 168 kg. Il a eu quelques soucis pour atteindre son orbite géostationnaire.

AEHF-2 est lancé le 4 mai 2012, toujours par une Atlas V depuis Cape Canaveral.

La durée de vie annoncée est d’au moins 14 ans.

(Décollage AEHF 2)
 
 

Aucun commentaire:

Publier un commentaire